LANGLAIS Pierre, Joseph [pseudonyme dans la résistance : Pierrot]

Par Eric Panthou

Né le 11 août 1917 à Saint-Ours-les-Roches (Puy-de-Dôme), exécuté sommairement par fusillade par les Allemands le 5 mars 1944 à Saint-Ours-les-Roches ; agriculteur ; résistant au sein des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Fils de Jacques, cultivateur, et d’Anna, née Mandonnet, Gabriel Langlais fut adopté par la Nation par jugement du Tribunal de Riom (Puy-de-Dôme) du 7 mai 1931. Il était agriculteur et habitait aux Roches, commune de Saint-Ours-les-Roches.

Il rejoignit la Résistance au sein de la 1ère Compagnie FFI d’Auvergne sous le nom de guerre de Pierrot. Son chef était Marcel Merle. Il participa à toutes les actions de la 1ère Compagnie et fut arrêté lors d’une mission le 5 mars 1944.

Le vendredi 4 mars 1944 vers 14h plusieurs voitures de civils et de soldats allemands se présentèrent à Saint-Ours-les-Roches. Ils réquisitionnèrent Paul Prévot, un réfugié Lorrain. Après l’avoir brutalisé, ils l’obligèrent à leur montrer où étaient stockés des bidons d’essence près du château des Roches dont ils se saisirent immédiatement.
Ils se rendirent ensuite chez la veuve Langlais, débitante, à quelques centaines de mètres de là. Ils volèrent plusieurs objets chez elle et l’obligèrent surtout à dire où étaient cachés d’autres stock d’essence. Ils avaient été bien informés. Ce stock avait été réalisé quelques jours auparavant par les deux fils Langlais dans la fosse d’un distributeur devant la maison. L’essence avait été amené par un dénommé Martinon, de Volvic, qui venait d’être arrêté le 1er mars avec sa famille. A l’aide d’un camion citerne, les Allemands récupérèrent les 3000 litres de la fosse.
Les Allemands revinrent avec des civils, dont un parlant espagnol, le lendemain 5 mars 1944. Ils arrêtèrent Paul Prévot, qui aidait la Résistance en réparant ses véhicules, et quand ils se présentèrent chez les fils Langlais, absents la veille, ceux-ci voulurent s’enfuir et furent exécutés sommairement en courant dehors. Il en fut de même de Paul Prévot. Les hommes furent retrouvés criblés de balles et restèrent ainsi sur le bord de la route jusqu’au lendemain matin, la population étant terrorisée, avant l’arrivée des gendarmes. Les corps furent inhumés le 6 mars au cimetière de Saint-Ours-les-Roches.
Le frère de Paul Prévot avait été arrêté le 13 mars 1944 et selon une lettre clandestine qu’il adressa alors, il affirme que la dénonciation émanerait du fils d’une personne arrêtée peu avant, après que ce fils ait été torturé par le SD.
C’est le SD qui a commis ces crimes, en particulier Ottmann.
Il reçut à titre posthume la carte de Combattant volontaire de la Résistance le 4 janvier 1952. Il a été homologué sergent avec prise de rang au 1er mars 1944. Il a reçu la médaille de la Résistance. Reconnu “Mort pour la France, il a été homologué FFI pour la période du 15 novembre au 5 mars 1944. Il a reçu aussi la carte d’Interné-Résistant.

Son nom figure aux côtés de ceux de son frère Gabriel Langlais et Paul Prévot sur la stèle commémorative en bordure de la D 941 au lieu-dit Maisons-Rouges à Saint-Ours-les-Roches avec la mention suivante : " Aux victimes de la barbarie nazie". Son nom figure sur un monument commémoratif dans la même commune.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220602, notice LANGLAIS Pierre, Joseph [pseudonyme dans la résistance : Pierrot] par Eric Panthou, version mise en ligne le 23 novembre 2019, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Eric Panthou

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 2546 W 6925. Dossier attribution carte CVR à Pierre Langlais .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 6 : crimes de guerre à Saint-Ours-les-Roches .— AVCC Caen, AC 21 P 66435 et AC 21 P 585638. Dossier Pierre Langlais (non consulté) .— SHD Vincennes,GR 16 P 336239. Dossier Pierre Langlais (non consulté) .— Gilles Lévy, Guide des maquis et hauts-lieux de la Résistance d’Auvergne, Paris, presses de la Cité, 1986, p. 59 .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945 .— Mémorialgenweb .— état-civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément