DURUPT René, Paul

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 19 juin 1908 à Étampes-sur-Marne (Aisne), mort à l’hôpital le 19 août 1944 à Paris (XVIIIe arr.) des suites de ses blessures ; cheminot ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

René Durupt était le fils de Louis Paul, mécanicien à la compagnie de chemins de fer de l’Est et de Marie Julie Houillon, sans profession. Il était marié avec Henriette Marie Le Sommier, dont il avait un enfant. Il était domicilié 241, rue de Crimée, à Paris (XIXe arr.)
Il entra à la SNCF comme élève mécanicien au dépôt de La Villette, à Paris Xe arr. Pendant l’occupation, il entra dans la Résistance dans les Corps francs autonomes de Paris-Villette. Le 19 août 1944, l’insurrection parisienne fut déclenchée. René Durupt occupa le dépôt avec plusieurs autres résistants pour en assurer la protection. Ils furent attaqués par les soldats allemands et René Durupt fut blessé mortellement en compagnie de deux autres cheminots, Georges Topenot et Jean Dirand. Conduit à l’hôpital Bichat, 170 boulevard Ney, à Paris XVIIIe, il y décéda de ses blessures le jour même, à 21 heures.
Il est inhumé dans le carré militaire du cimetière parisien, à Pantin (Seine-Saint-Denis).
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte de décès (décision du Secrétaire général des Anciens combattants en date du 22 mai 1945 et fut homologué au grade de sergent des Forces françaises de l’intérieur (FFI). Il obtint le titre d’interné résistant en 1963.
Sa famille fit construire avec l’accord du dépôt un monument à sa mémoire, posé sur le mur du poste E.
Son nom figure sur le monument aux morts, à Étampes (Aisne), sur les plaques commémoratives SNCF du dépôt de La Villette, 1939-1945 de la Gare de l’Est et de La Villette 2 dans la crypte de la gare de l’Est, à Paris Xe arr.)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220686, notice DURUPT René, Paul par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 29 novembre 2019, dernière modification le 29 novembre 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : notice anonyme dans Cheminots victimes de la répression 1940-1945 Mémorial, sous la direction de Thomas Fontaine, éd. Perrin/SNCF, Paris 2017.— Rail et Mémoire.— Mémorial Genweb.— État civil (actes de naissance et décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément