VÉDRENNE Jean-Claude

Par Jean-Luc Marquer

Né le 20 mai 1893 à Boën (Loire), abattu le le 24 août 1944 à Vienne (Isère) ; concierge d’usine ; victime civile

Jean-Claude Védrenne était le fils de Pierre et de Marie Télo.

Au moment de son incorporation le 26 novembre 1913, il était journalier et habitait à Vienne (Isère).
Souffrant d’otite chronique double, il fut réformé temporairement puis exempté.
De 1914 à 1917, il alterna ces deux catégories jusqu’à ce qu’il soit reconnu apte à servir parce qu’il ne s’était pas présenté devant une commission de réforme. Recherché, il fut arrêté par les gendarmes le 12 septembre 1918 et conduit au 38ème régiment d’infanterie.
Il fut libéré de ses obligations militaires le 30 août 1919 et revint presque aussitôt à Vienne.
Il épousa Suzanne Leclerc. Depuis 1936, ils habitaient 2 rue Victor Faugier à Vienne
C’était un logement de fonction car Jean-Claude Védrenne était concierge aux Établissements Curtaud (Teinture et apprêt), aujourd’hui, le théâtre Saint-Martin.

Le 24 août 1944, des patrouilles allemandes circulant dans Vienne firent usage de leurs armes contre des civils à plusieurs reprises.
Vers 18 heures, Jean Védrenne qui se trouvait devant la porte de son logement fut abattu par un soldat allemand.

Il obtint la mention "Mort pour la France".

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220844, notice VÉDRENNE Jean-Claude par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 5 décembre 2019, dernière modification le 16 juillet 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, Mémorial de l’oppression : 3808 W 659 — Arch. dép. Loire, RMM : 47NUM_1R1646 — Jean-Daniel Berger, Comme un essaim de guêpes... Résistance et guérilla en R1, secteur VI Rhône-Isère, tome 1, Juin 1940-juin 1944, tome 2, Juin-septembre 1944, Impressions Modernes (Guilherand-Granges) ; 2001 — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément