RAMSTEIN Charles, Auguste [pseudonyme dans la résistance : Pacot]

Par Huguette Juniet

Né le 13 décembre 1925 à Mulhouse (Haut-Rhin), mort au combat le 11 juin 1944 au Pont de Crépoux commune de Pinols (Haute Loire) ; comptable ; résistant au sein des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) Maquis d’Auvergne 14e Compagnie du Mont Mouchet.

Fils de Joseph, charpentier né à Andlau (Bas-Rhin) et Richarde, née Bucher à Andlau, Charles Ramstein est né à Mulhouse mais ses parents habitaient Wittenheim (Haut-Rhin).

Pendant la période de septembre 1939 à juin 1940,Charles Ramstein était mobilisé dans l’armée française. On ignore quand et dans quelles circonstances il vint habiter Vertaizon (Puy-de-Dôme). On sait en tout cas que son père habitait encore ici en 1952. La famille a t’elle fui l’Alsace après la signature de l’armistice en juin 1940 ou est-elle venue s’installer ici plus tôt ?

Depuis 1942 sous l’impulsion de quelques cadres de l’École militaire de Billom (Puy-de-Dôme) s’organisa dans ce canton des poches de résistance. L’arrivée le dernier trimestre 1943, de l’État-Major des Mouvements Unis de la Résistance (Gaspard, Prince, Bénévol) au château des Salles à Neuville (Puy-de-Dôme) donna une impulsion très forte au mouvement de la résistance. Comme de très nombreux résistants de la région Charles Ramstien répondit à l’ordre du Colonel Gaspard du 20 mai 1944 : « Tous ceux qui le peuvent doivent rejoindre le Mont-Mouchet (Haute-Loire) ».
Le 26 mai 1944 il rejoignit la 14ème Compagnie du Mont-Mouchet sous les ordres du Capitaine Bertrand. Le 11 juin 1944 lors de l’assaut allemand, Charles Ramstein fut positionné avec d’autres résistants sur les hauteurs du Pont de Crépoux avec pour objectif de bloquer et interdire le passage des assaillants qui faisaient route vers le Mont-Mouchet. Face à un groupe aguerri et supérieur en matériel, les résistants furent fortement malmenés. Cette opération se solda par de nombreux tués et massacrés, au moins 23 d’après E. Rispal. Il fut tué lors de ce combat au Pont du Crépoux commune de Pinols le 11 juin 1944.

Ramstein fut considéré comme engagé volontaire dans la résistance à compter du 24 mai 1944 au sein des FFI sous les ordres du Capitaine Émile Bertrand et du Lieutenant Martin Lopez.
ll a été reconnu « Mort pour la France », homologué FFI.

Son nom est inscrit sur la plaque commémorative dans l’église de Vertaizon, sur la stèle commémorative de Chignat commune de Vertaizon où sont inscrits 5 autres Résistants volontaires morts au Pont de Crépoux et sur le monument aux Morts de Andlau (Bas Rhin).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220881, notice RAMSTEIN Charles, Auguste [pseudonyme dans la résistance : Pacot] par Huguette Juniet, version mise en ligne le 5 décembre 2019, dernière modification le 18 avril 2021.

Par Huguette Juniet

SOURCES : AVCC Caen, 21 P 140509. Dossier Ramstein Charles (non consulté) .— SDH Vincennes, GR 16 P 499213. Dossier Charles Ramstein .— Mémoire des Hommes .— MémorialGenweb .— Serge Combret, Auvergne j’écris ton nom Résistance, La Française d’Edition et d’Imprimerie , 1994 .— Témoignage de Henri Couillet, Résistant volontaire de Glaine-Montaigut (Puy-de-Dôme) .— état-civil Mulhouse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément