CONSTANT Josette (née ALBERO Joséphine)

Par Josette Ueberschlag

Née le 10 juillet 1929 à Salsigne (Aude), morte le 30 mai 1990 à Montpellier (Hérault) ; institutrice, maîtresse d’application de l’École normale d’Avignon (Vaucluse) ; adepte et militante des techniques Freinet.

Josette Constant
Josette Constant

Son père, Jean-Baptiste Albero-Bellod (1894-1986) né à Benejama (Espagne), maçon de son métier, avait émigré en France durant la Première Guerre mondiale et travaillait comme ouvrier agricole dans l’Hérault. Il y rencontra Henriette Pellicer (1905-2006), née à Conques-sur-Orbiel (Aude), également fille d’émigrés espagnols, faisant le même travail que lui. Ils se marièrent à Siran (Hérault) le 25 novembre 1922 et eurent deux enfants. L’aîné, prénommé comme son père, Jean-Baptiste (dit Jean Albero) naquit à Siran le 17 août 1923. Rapidement, la famille vint s’installer à Salsigne (Aude), afin que le père puisse bénéficier d’un emploi non saisonnier et mieux rémunéré dans l’industrie minière. Il travailla comme ouvrier dans l’usine d’extraction de l’or. Les risques pour la santé des habitants étaient à cette époque mal connus et personne ne s’inquiétait de voir les enfants jouer dans des monticules de sables et graviers traités à l’arsenic. C’est dans ce village minier que Joséphine Albero naquit. Plus tard, son père put reprendre son ancien métier en devenant patron d’une petite entreprise de maçonnerie.

Après sa scolarité à l’école communale de Salsigne, fréquemment malade, elle fut accueillie par sa tante maternelle, Odette Rullac-Pellicer, résidant à Orange (Vaucluse), pour y poursuivre ses études au collège de jeunes-filles. Après son succès au brevet élémentaire en juillet 1946, elle réussit l’année suivante le concours d’entrée à l’École normale de Digne (Basses-Alpes / Alpes de Haute-Provence) où étaient formées les futures institutrices du Vaucluse. Classée cinquième à l’entrée, elle en sortit major de sa promotion (1947-1951). L’ENI lui proposa de poursuivre ses études, en lui offrant un poste de surveillante sur l’année scolaire 1951-1952 ; elle envisageait alors d’être professeur d’espagnol. À la rentrée 1952, elle y renonça et fut nommée institutrice à Visan (Vaucluse).

Là, elle fit la connaissance d’un jeune instituteur, Pierre, Éloi Constant venant régulièrement voir ses parents visanais. Ils se marièrent à Orange le 7 avril 1953 et eurent deux filles : Claude née à Valréas le 3 mai 1956, future institutrice, et Fabienne née à Orange le 30 avril 1963, devenue professeure d’arts plastiques dans un établissement rattaché à France Handicap.

Toute la carrière de Josette Constant se déroula à Visan. D’abord institutrice adjointe à l’école des filles dans la classe des CP-CE (1952-1965), puis dans celle des CM (1965-1976), elle en devint directrice en 1979. « Madame Constant utilise intelligemment les techniques Freinet, notait son inspecteur, donnant un enseignement actif, vivant, intéressant et efficace. » (1959). Encouragée, elle prépara le certificat d’aptitude à l’enseignement dans les écoles annexes de l’ENI auquel elle réussit en 1966. Dans cette fonction, son inspecteur louait aussi ses qualités : « [Elle] sait transmettre sa riche expérience aux élèves-maitresses qui lui sont confiées. […] De l’éducatrice, elle possède, les qualités fondamentales : distinction de l’esprit, modestie, dévouement, amour profond des enfants et du métier » (1972). Elle militait comme son mari à l’ICEM, participant régulièrement et de manière active aux réunions du groupe départemental (GD 84). Elle fut la cheville ouvrière du congrès international ICEM d’Avignon en 1960 et l’animatrice de plusieurs stages à Saint-Bonnet-de-Valclérieux (Drôme) en 1962 et à La Barbière, quartier sensible d’Avignon en 1970.

Elle prit sa retraite en 1984. L’année précédente, elle avait été nommée chevalier des Palmes académiques.

Huit ans plus tard, son ancienne école, restructurée, devint l’école élémentaire mixte de Visan, et fut dénommée « Groupe scolaire Josette Constant ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article220901, notice CONSTANT Josette (née ALBERO Joséphine) par Josette Ueberschlag, version mise en ligne le 6 décembre 2019, dernière modification le 2 février 2020.

Par Josette Ueberschlag

Josette Constant
Josette Constant
Josette et son mari Pierre en 1984

ŒUVRE : « L’art enfantin, salvateur », L’Éducateur, n°9, fév. 1961, p. 14-15.

SOURCES : Arch. inspection académique du Vaucluse. — Arch. mun. Visan. — État-civil de Conques-sur-Orbiel, de Salsigne, de Siran et de Visan. — Témoignage de Pierre Constant, article sans titre sur l’école à cinq classes de Josette Constant, revue Art enfantin, n°3-4, juin-sept. 1960, p. 26-27, numéro consacré à l’exposition d’art enfantin du 16e congrès ICEM à Avignon. — Renseignements fournis par ses filles Claude et Fabienne, ainsi que par Bernard Racanière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément