M.L. Raymond, Georges [ML]

Par Annie Pennetier

Né le 16 novembre 1921 à Montgeron (Seine-et-Oise, Val-de-Marne), exécuté sommairement le 14 août 1944 par des soldats allemands à Orly (Seine-Oise, Val-de-Marne) ; riveur ; résistant FTP de Villeneuve-le-Roi .

Raymond M.L. [graphie confirmée par les documents d’état civil] était le fils de Georges M.L. (né le 16 novembre 1880 à Ligny-le-Châtel, Yonne) manouvrier charretier et de Marie Clémentine Dupuis (née le 11 février 1887 à Sannois, Seine-et-Oise) son épouse, domiciliés 2 rue de Senlis à Montgeron (Seine-et-Oise, Essonne). Raymond M. L. se maria le 7 septembre 1940 à Montgeron avec Renée Larousse, il était père de deux enfants. Il travaillait comme riveur aux Sablières de la Seine à Vigneux (Seine-et-Oise, Essonne).
Résistant FTP, il participa, en septembre 1943, à des actions de sabotage de matériels de guerre allemand à Villeneuve Triage ; en janvier-février 1944, il fit partie du groupe qui incendia des wagons allemands de paille et un wagon d’armes et de munitions ; en avril- mai 1944, il attaqua des convois allemands route n°5 au niveau de la forêt de Sénart et en juin-juillet route n°7 au carrefour de Couronnes, des voitures allemandes. Il pratiqua la récupération d’armes sur des soldats allemands isolés dans la région de Villeneuve-le-Roi, Orly, Villeneuve-Saint-Georges (attestation de Marcel Join, alias Comont ex commandant de la Compagnie France héroïque, le 30 octobre 1950, comité départemental de Seine-et-Oise de l’Association nationale des anciens combattants FFI-FTP).
Au retour d’une mission, surpris par une patrouille allemande, Raymond M.L. fut capturé et exécuté le 14 août 1944 sur le bas-côté de la route allant de Choisy-le-Roi à Orly, la plaine de la Pierre-au-Prêtre, avec ses camarades résistants FTP Albert Larmé et Georges Hervier.
Selon le témoignage de la famille, « combattant de la première heure, officier FTP (...), il a souffert d’être massacré dans son combat jusqu’à l’aube, le 15 août 1944, ses deux amis Hervier et Larmé étant effectivement fusillés au début du violent accrochage avec les allemands au retour de leur mission ».
Raymond M.L. a été inhumé dans le carré militaire du cimetière communal ancien de Villeneuve-le-Roi.
Selon son dossier de résistant (SHD Vincennes), il était soldat 1ère classe, période reconnue en tant que FTP du 1er septembre 1943 au 14 août 1944.
Le ministère des Anciens combattants lui attribua la mention « Mort pour la France » le 15 octobre 1946.
Il a été homologué F.F.I. 2ère classe par décision du 17 août 1946 au titre de résistant FTPF puis 1ère classe ; à cette date Madame ML était domiciliée 5 avenue de la Mairie à Villeneuve-le-Roi. Il a été reconnu Interné résistant IR soldat 1ère classe pour la journée du 14 août 1944 (BO n°247 du 23 octobre 1966) et décoré de la Croix de guerre avec étoile d’argent et de la Médaille de la libération, puis de la Médaille de la Résistance par décret du 18 mars 1970 (BO DMR du 12 mai 1970). Le 13 février 1966, son ayant-droit, sa veuve Renée Coquelet, indiquait dans une demande pour validation de grade adressée au ministère des Armées que son mari avait été sous-officier FTPF.

Le nom de M.L. Raymond figure sur la stèle dressée en l’honneur des trois exécutés et sur le monument aux morts d’Orly où le marché s’appelle « Les trois fusillés ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221156, notice M.L. Raymond, Georges [ML] par Annie Pennetier, version mise en ligne le 14 décembre 2019, dernière modification le 20 novembre 2021.

Par Annie Pennetier

SOURCES : SHD, Vincennes, GR 16 P 421806. — AVCC, Caen, 21 P 101377. — Arch. PPo. BA 1801 (notes Daniel Grason). — J. Delarue, Histoire de la ville d’Orly, p. 241, 1980, municipalité d’Orly. — MémorialGenweb. — Le Site du ministère des armées "Mémoire des hommes". — Témoignage de la famille, 11 janvier 2020. — État civil de Montgeron, copie d’acte du 21 janvier 2020 indiquant le décès le 14 août 1944.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément