CHAMBONNET Maurice

Né le 23 janvier 1912 à Livron-sur-Drôme (Drôme), disparu en déportation en 1945 en Allemagne ; cheminot d’Avignon (Vaucluse) ; résistant FTP.

Fils de Propoert Chambonnet, agriculteur et de Marie Servant, Maurice Chambonnet se maria aux Ollières (Ardèche) avec Berthe Roumegoux. Le couple eut un enfant. Domicilié chemin de Saint-Geniest, route de Marseille à Avignon, il entra au PLM le 30 novembre 1936 et travailla comme ajusteur-tourneur au dépôt d’Avignon (Les Rotondes).
Résistant du groupe FTP du dépôt, il participa à des sabotage, en particulier au plasticage de dix-huit locomotiques le 18 février 1944. Il fut arrêté le 17 mai 1944 avec Armand Benoit, Henri Béraud, Léon Blanchard, Marcel Bonnet et Louis Carpentras. Il fut incarcé à la prison Sainte-Anne d’Avignon puis aux Baumettes à Marseille, transféré le 3 juillet 1944 à Compiègne et déporté vers l’Allemagne dans le convoi du 15 juillet 1944. Depuis le camp de Neuengamme, il fut envoyé dans le kommando Bremenfarge qui travaille pour l’abris sous-marin Valentin. Lors du replis du camp devant l’avance des alliés il tenta de s’évader en sautant d’un train. On perd sa trace.
Le tribunal civil d’Avignon le déclara mort par jugement du 22 octobre 1946.
Il a reçu la mention Mort pour la France et de Déporté résistant.
Une rue d’Avignon porte son nom. Son nom est gravé sur la stèle du dépôt SNCF et sur la plaque du syndicat CGT des cheminots.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221309, notice CHAMBONNET Maurice, version mise en ligne le 17 décembre 2019, dernière modification le 8 juin 2021.

SOURCE : Robert Mencherini, "Maurice Chambonnet", Mémorial des cheminots, p. 351.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément