Jaligny, aujourd’hui Jaligny-sur-Besbre (Allier), 21 août 1944

Par Henri-Ferréol Billy

Le 21 août, au lieu-dit Marseigne sur la commune de Jaligny, deux véhicules du camp FTP Guy Moquet tombent dans une embuscade.

Stèle commémorative de Jaligny

Le camp Moquet avait été créé le 7 juin par le docteur Pierre CLUZEL dit « Ubu », ancien de l’Armée Secrète dont le groupe était passé aux FTP suite à de nombreuses arrestations entre août et décembre 1943.

Le camp mena une série de sabotages mais subit également de nombreuses pertes lors de plusieurs opérations menées entre juillet et août.

Selon Débordes (qui situe les faits le 16 août), ce jour-là les allemands auraient regroupé les habitants suite à l’exécution d’un soldat allemand, quand tout à coup « […] une douzaine de maquisards répartis en deux voitures tombèrent dans une embuscade tendue par un élément du 18e bataillon de l’armée allemande. Des S.S. de sinistre mémoire. Sous un feu nourri d’armes automatiques, la première voiture criblée de balles fut arrêtée et ses six occupantes tués […]. Les occupants de la deuxième voiture purent descendre sans dommage et se replièrent en se battant avec les moyens désuets dont ils disposaient. »

L’enquête pour crimes de guerre indique que le 21 août vers 16 heures, les troupes allemandes du camp de Jaligny aurent un accrochage avec des FFI dans le bois de Jaligny. Surexcitée par cet accrochage, une partie des troupes poursuivit une dizaine de personnes qui discutaient dehors jusqu’à l’intérieur de l’auberge de madame Cantat au hameau de Marseigne, prenant 5 personnes en otages. L’autre partie des troupes se positionna en embuscade près de l’auberge au carrefour dit Les 4 chemins de Marseigne. Vers 19 heures, deux voitures FFI tombe dans l’embuscade. Les 6 occupants de la première voiture, blessés, ont été achevés à coups de fusils et à coups de talons de bottes par le groupe commandait par l’adjudant Ewald Loebe.

Les corps des maquisards auraient ensuite été exposés dans l’église paroissiale avec les produits des larcins qu’ils auraient commis car selon Débordes ils auraient pillé des propriétés des environs. L’inhumation dans le cimetière communal aurait été refusée par les habitants.

Une stèle, rénovée dans les années 1980, donne les noms des 6 FTP tués. Sur la stèle figure également le nom d’une habitante de Jaligny a été également été tuée par les allemands le 5 septembre 1944 : Paulette Michelet.

Liste des victimes

Résistants :

BLASSE Jules
CUISSINAT Claude
MARY Léon
MELON Henri
RIGONDET Roger
TALON François

Civil :

MICHELET Paulette

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221462, notice Jaligny, aujourd'hui Jaligny-sur-Besbre (Allier), 21 août 1944 par Henri-Ferréol Billy, version mise en ligne le 22 décembre 2019, dernière modification le 31 décembre 2019.

Par Henri-Ferréol Billy

Stèle commémorative de Jaligny

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 45 : crimes de guerre à Jaligny .— « Jaligny le 23 août 1987 », Résistance Auvergne n°68 (octobre 1987) .— Jean Débordes, Paroles de résistants : 50 témoignages reçus, embuscades, trahisons, déportations, exécutions, 2003 .— MGW

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément