DANIEL André, Marie

Par Michel Germain

Né le 24 novembre 1919 à Lauzach (Morbihan), exécuté sommairement le 27 mars 1944 au Petit-Bornand (Haute-Savoie) ; policier dans les GMR ; résistant des Glières.

André Daniel était le fils de Jean Marie Daniel et de Jeanne Marie Inahuas. Il entra dans les Groupes Mobiles de Réserves (G.M.R. Aquitaine, puis Bretagne). Rennes fut son dernier domicile connu.
Lorsqu’il arriva en Haute-Savoie pour encercler le Plateau des Glières, il décida de rallier la Résistance et il rejoignit la section « Hoche ».
Maquisard, blessé le 20 mars 1944, à la Rosière, lors d’un accrochage avec la Milice, il fut emmené à l’infirmerie du Plateau, puis le 26 il fut transféré dans la scierie de Talavé. C’est là qu’il fut achevé par des soldats de la Wehrmacht, le lundi 27 mars 1944. Il semble bien que le registre d’état civil de la commune du Petit-Bornand qui déclare la découverte le 30 avril d’un corps en partie calciné par l’incendie de la scierie Comtat mentionne en réalité ce décès.
Il fut reconnu « Mort pour la France » le 7 septembre 1948. Le corps n’ayant pu être reconnu officiellement, il est inhumé sous une croix marquée d’une plaque « Inconnu » dans la nécropole militaire nationale de Morette (tombe n°43) et cette mention « inconnu » figure sur le Mur du Souvenir érigé à l’entrée du cimetière.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221503, notice DANIEL André, Marie par Michel Germain, version mise en ligne le 23 décembre 2019, dernière modification le 23 décembre 2019.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — Mémoire des Hommes. — Service historique de la Défense, Caen SHD/AVCC AC 21 P 112188.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément