JEANNOT Robert, Antoine

Par Jean Belin

Né le 10 mars 1902 à Dijon (Côte-d’Or), mort le 6 mai 1947 à Dijon ; coupeur en chaussures ; syndicaliste CGT de la Côte d’Or ; secrétaire général de la Fédération des Cuirs et Peaux de 1939 à 1944 ; militant socialiste ; chartiste.

Fils de Jean Louis Jeannot, coupeur en chaussures à Dijon, et de Françoise Laforest, les parents de Robert Jeannot quittèrent Lyon (Rhône) pour Dijon en 1901. Jeannot se trouva très tôt orphelin de sa mère qui décéda en 1906, puis de son père remarié l’année suivante et mobilisé pendant la 1e guerre mondiale, qui décéda en 1916. Comme son père et son grand-père paternel, il fut coupeur de chaussures à l’usine Bellorgey de Dijon jusqu’en 1937. Il s’engagea à la CGT et fut secrétaire général du syndicat CGT de la chaussure de Dijon, puis secrétaire général du syndicat de l’habillement et de la confection de Dijon constitué le 25 juin 1936, le syndicat compta à cette date 145 adhérents. La secrétaire adjoint fut Marie Théry, qui prit sa succession en mai 1937 lorsque Robert Jeannot quitta Dijon pour la région parisienne.
En juin 1936, il fut nommé délégué de la Fédération nationale CGT des Cuirs et Peaux pour la 5ème région fédérale et secrétaire administratif permanent de l’UD CGT de Côte-d’Or. Cette région concerna alors les départements de l’Allier, de la Côte d’Or, du Doubs, du Jura, de la Nièvre, du Puy-de-Dôme, de la Haute-Saône et de la Saône-et-Loire. Il fut désigné par l’UD pour représenter le syndicat de la Chaussure et de l’Habillement à la Commission paritaire de conciliation mise en place par le préfet de Côte-d’Or en juillet 1936 sur le règlement des conflits du travail. Engagé politiquement dès les années 1930, Robert Jeannot fut candidat aux élections municipales partielles de Dijon en octobre 1934 sur la liste socialiste conduite par Robert Jardillier.
Le 6 décembre 1936, il fut élu au conseil d’administration de la Bourse du travail de Dijon présidé par Eugène Belli. Robert Jeannot fut élu membre de la commission exécutive de sa Fédération en 1937. Il quitta Dijon pour devenir coupeur dans une entreprise de chaussure à Cachan (Seine - 94) et devint membre du bureau de sa fédération. Rallié avant guerre à la tendance Syndicats de René Belin, il joua un rôle actif dans l’exclusion des communistes des rangs de la Fédération CGT des cuirs et peaux. Lors de la tenue du congrès de la Fédération reconstituée, il devint secrétaire général le 12 novembre 1939. Avec d’autres dirigeants de la Fédération ouvrière, il participa aux organismes collaborationnistes de la Charte. Il travailla avec Joseph Fournier à la mise en place du Comité social national de la Famille du cuir et des organismes sociaux dans les départements. On le retrouva aux côtés des amis proches de Déat de la Ligue de pensée française pendant l’occupation. Jeannot prit des responsabilités au sein du « bureau de propagande » de la ligue en avril 1944. Après la Libération, il fut exclu à vie de la CGT.
Il se maria à Dijon le 24 avril 1926 avec Georgette Arthémise Jeanne Roy, piqueuse en chaussures, avec laquelle il eut trois enfants, tous nés à Dijon. Domicilié au 58 rue Charles Dumont à Dijon en 1936.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221533, notice JEANNOT Robert, Antoine par Jean Belin, version mise en ligne le 26 décembre 2019, dernière modification le 26 décembre 2019.

Par Jean Belin

SOURCES : Le syndicalisme dans la France occupée sous la direction de Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky, éditions Presses universitaires de Rennes, juin 2008. — Arch. Municipales de Dijon, sous-série 7F. — Arch. Départ. de la Côte-d’Or, série 10M, grèves de 1936, recensement de la population, état civil. — Arch. Départ. de la Seine-Saint-Denis, fonds de la Fédération CGT des cuirs et peaux, 48J, Le Travailleur des Cuirs et peaux 1936 à 1939. .

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément