RINDER Alphonse

Par Henri-Ferréol Billy, Eric Panthou

Né le 10 janvier 1920 à Strasbourg (Bas-Rhin), exécuté sommairement le 7 août 1944 à Busset (Allier) ; ouvrier fermier ; vraisemblablement résistant.

Pupille de l’assistance publique, Alphonse Rinder habitait Contigny (Allier). Il vivait et travaillait depuis le début de l’année 1944 dans la ferme de la famille Charnay.

Il a été arrêté le 1er août vers 5 heures du matin par une cinquantaine d’hommes d’une formation militaire allemande, schutzpolizei, en garnison à l’Hospice des Vieillards à Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier). L’arrestation était certainement consécutive à une dénonciation. La ferme fut fouillée entièrement et Rinder fut brutalisé. Le fermier et son fils furent également retenus prisonniers, avant d’être libérés au moment du départ des troupes du bourg, vers midi.

7 autres jeunes hommes furent interpelés dans ce secteur le même jour. Après une journée ou deux passées à l’Asile, ces jeunes devaient être emmenés au siège du SD à Vichy, hôtel du Portugal, pour y être interrogés. Le 7 août, un groupe de 20 FFI, dont les 7 arrêtés le 1er août, encadrés par une vingtaine de SS du 18e Bataillon SS, furent emmenés au PC de la 6e Compagnie de ce Bataillon stationnée à Saint-Yorre (Allier) et il furent fusillés sur un champ de tir situé à deux ou trois kilomètres de la ville, route de Busset, sur le territoire de la commune de Busset. Cette exécution avait été ordonnée par le commandant Kremer et eut lieu en présence du lieutenant Karl Marquardt, commandant de la 6e Compagnie.

Il existe un doute sur le fait qu’Alphonse Rinder appartenait à la Résistance ou fut une victime civile. L’ensemble des tués sont néanmoins qualifiés de FFI dans l’enquête sur crimes de guerre les concernant. Il ne dispose pas d’un dossier aux Service historique de la Défense à Vincennes et Caen, ce qui peut s’expliquer par le fait que, pupille de l’Assistance publique, aucune famille n’a déposé de dossier de reconnaissance de son action.

Son nom figure à Saint-Yorre sur le Monument des fusillés du 7 août 1944 et sur une plaque commémorative de l’église Saint-Éloi.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221555, notice RINDER Alphonse par Henri-Ferréol Billy, Eric Panthou, version mise en ligne le 27 décembre 2019, dernière modification le 18 avril 2021.

Par Henri-Ferréol Billy, Eric Panthou

SOURCES : Arch. Dép. Puy-de-Dôme, 908 W 36 : Busset, exécution de 11 patriotes .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 464 : Saint-Yorre, participation du 18e Bataillon SS à des exécutions .— André Serezat, Et les bourbonnais se levèrent, 1984 .— Mémorialgenweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément