STEIMER Mollie (HALPERINE (ALPERINA) Marta, dite Mollie Steimer, épouse Flechine)

Par Rolf Dupuy, Mariia Tarasova

Née le 21 novembre 1897 à Dounaevtsy, Empire russe (Dounaïvtsi, Ukraine contemporaine), morte le 23 juillet 1890 à Cuernavaca, Mexique. Anarchiste.

Née de parents russo-juifs, Isaac et Fanny Rozenthal, Mollie Steimer émigra aux USA en 1913, où elle fit partie des groupes anarchistes yiddishophones de New York Der Shturm (« La Tempête ») et Frayhayt (« Liberté »). Arrêtée pour propagande contre l’intervention des USA en Russie en 1918, elle fut condamnée à quinze ans de prison, dont elle ne servit qu’une partie avant d’être déportée en Russie en 1921.
C’est à Petrograd qu’elle rencontra son futur compagnon, Senya Flechine. Continuant à militer, notamment en créant la Société de secours aux prisonniers anarchistes à Petrograd, le couple fut arrêté le 1er novembre 1922 pour aide aux « éléments criminels » et liens avec des anarchistes étrangers (tous deux étaient en correspondance avec Emma Goldman et Alexander Berkman, qui se trouvaient à cette époque-là à Berlin). Incarcérés à Petrograd et condamnés à la déportation perpétuelle aux îles Solovetsky près de la ville d’Arkhangelsk, au nord de la Russie, ils furent cependant libérés suite à leur grève de faim et grâce à l’intervention auprès de Trotsky de l’anarchiste française May Picqueray, qui en novembre 1922 accompagnait le secrétaire de la Fédération unitaire des métaux Lucien Chevalier au 2e congrès de l’Internationale syndicale rouge à Moscou. Finalement, malgré leur désir, le 23 septembre 1923 Fléchine et Steimer furent contraints à quitter l’Union soviétique et déportés en Allemagne.
Ayant passé peu de temps à Berlin, où ils participèrent au Comité de défense des révolutionnaires emprisonnés en Russie créé par Berkman et Goldman en 1922 et collaboraient au journal Anarkhicheskii Vestnik (Berlin, 1923-1924) fondé par Voline, le couple parvint à Paris en 1924, probablement pour des raisons de travail. Se disant journaliste de métier, Fléchine commença à exercer le métier de photographe. Mollie Steimer travaillait comme sténo-dactylographe à l’Alliance Française, 101 boulevard Raspail.
En 1929, Senya et Mollie durent repartir à Berlin. Cependant, déjà en 1933, après l’avènement d’Hitler au pouvoir, tous deux, ainsi que tous les membres du Comité anarchiste de Berlin, furent contraints à se réfugier encore une fois à Paris. Jusqu’à mai 1940, Mollie, n’ayant pas d’emploi officiel, continua ses activités au sein du réseau anarchiste, organisant le secours aux victimes libertaires de la Guerre civile d’Espagne, ainsi qu’aux réfugiés italiens. Ce travail fut organisé en Europe en collaboration avec Gilliana Berneri et Mercedes Comaposada, avec l’aide des groupes anarchistes de New York et de Chicago.
Le 18 mai 1940, elle fut arrêtée à Paris à cause de ses origines juives et internée dans le camp de Gurs dans le sud de la France, mais environ un mois plus tard elle parvint à se faire libérer et retrouva Senya qui, s’étant enfui de Paris, était allé la chercher dans les environs du camp. Le couple trouva refuge à Clermont-Ferrand, où ils furent hébergés chez des amis français.
Depuis 1938, anticipant la guerre, Steimer avait commencé à discuter avec ses amis militants restés outre-Atlantique de la possibilité pour elle et Fléchine de s’évacuer sur le continent américain. Le couple se maria le 17 août 1939 pour faciliter cette évacuation perspective, Marthe Alperine prenant officiellement le nom de famille de son mari mais restant fidèle à son pseudonyme de Mollie Steimer dans le milieu libertaire.
Le couple arriva à obtenir les visas pour le Mexique, où ils parvinrent le 16 décembre 1941. Malheureusement, l’exemple des Fléchine – et celui de leur camarade, l’anarchiste allemand Augustin Souchy, évacué au Mexique en avril 1942 – est unique dans l’ensemble des militants et des sympathisants du fonds de secours d’Europe d’origine juive. La plupart d’entre eux, dont Jacques Doubinsky et Vsevolod Voline, photographiés par Fléchine, ainsi qu’Eva Schwartz et Nikola Tchorbadieff qui figurent dans les lettres de Steimer après son évacuation, n’ont pas réussi à obtenir les visas, mais ont survécu à la guerre ; d’autres, comme Sam et Dora Frydman, « David et sa femme, Bek, Engel » et al. (au total seize personnes citées dans la correspondance, certains avec leurs familles), soit « 3/4 de la colonie juive », furent déportés par les nazis et périrent probablement dans des camps d’internement et d’extermination.

Bien que gagnant leur vie grâce au travail de Senya, les Fléchine ne s’en sont encore une fois pas contentés, restant des militants actifs du mouvement humanitaire anarchiste. Mollie Steimer y fut davantage inclue, notamment en tant que de facto secrétaire du Comité international de secours (International Relief Committee), établi après la Seconde Guerre mondiale et faisant partie du réseau humanitaire. Ce réseau, dès octobre 1945, organisa aussi une filiale à Paris, dirigée par le camarade des Fléchine Jacques Doubinsky, avec qui Mollie était en correspondance concernant la distribution d’aide. Elle s’est également chargée de distribution du journal anarchiste russophone Dielo trouda — Probouzhdenie (« La Cause travailliste — Le réveil ») de la Fédération des Unions des Ouvriers Russes aux USA et au Canada. Enfin, fidèle à sa sensibilité à la cause espagnole, elle établit un lien étroit avec les membres du groupe libertaire Tierra y Libertad, immigrés au Mexique, participant à leurs actions. Mollie Steimer est morte suite à une attaque cardiaque le 23 juillet 1980 à Cuernavaca, Mexique, la maison des Fléchine depuis 1963. Senya Flechine mourut un an plus tard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221641, notice STEIMER Mollie (HALPERINE (ALPERINA) Marta, dite Mollie Steimer, épouse Flechine) par Rolf Dupuy, Mariia Tarasova, version mise en ligne le 1er janvier 2020, dernière modification le 1er janvier 2020.

Par Rolf Dupuy, Mariia Tarasova

Mollie Steimer vers 1950, 1970. Photos SEMO, Mediateca Inah, Mexico.

SOURCES : Arch. PPo, série 1W850, dossier 36132, Simon Flechine (né 1894), Martha Alperine (née 1897), juillet 1928, avril 1941. — IISH, Amsterdam, Senya Fléchine Papers, Rudolf Rocker papers, Boris Yelensky papers. — University of Michigan Library (UM), Special Collections Research Center (SCRC), Labadie Collection, Abe and Selma Bluestein papers. — Holocaust Era Records of the Jewish Labor Committee, Robert Wagner Labor Archives, New York University, Box 10, Folder 5 [League for Human Rights], f. 43-44, 47. — Paul Avrich, Anarchist Portraits, Princeton, Princeton University Press, 1990, chap. 16, « Mollie Steimer : An Anarchist Life », p. 214-226. — Mollie Steimer : toda una vida de lucha : la rebelión de una anarquista condenada por ambos imperios, Mexico, Antorcha, 1980. — Répression de l’anarchie en Russie..., op. cit. — « Lettre de Mexique » (Письмо из Мексики), Dielo trouda — Probouzhdenie, n° 15, octobre 1945, p. 14. — Liberté, 1959, « Morts en exil » par May [Picqueray]. — Le Monde libertaire, 12 & 19 février 1981. — Recherche en cours de Mariia Tarasova.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément