MARCHE Michel, Raymond [pseudonyme dans la résistance : Raymond]

Par Eric Panthou

Né le 4 octobre 1910 à Avèze (Puy-de-Dôme), exécuté sommairement par fusillade par les Allemands le 15 août 1944 à Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme) ; mineur ; résistant au sein des Forces françaises de l’Intérieur, membre des Mouvements Unis de la Résistance (MUR).

Fils de François, cultivateur, et de Marie, Joséphine, née Gaillot, Michel Marche épousa Odette Sertillanges le 15 janvier 1938 à Saint-Sulpice (Puy-de-Dôme). Le couple, sans enfant, habitait Messeix (Puy-de-Dôme) où Michel Marche était mineur.

Il rejoignit la Résistance en mai 1944, FFI, de la 1ère compagnie zone III du Puy-de-Dôme (Compagnie Martial). Il releva du relevant du camp Saint-Genès du 29 mai au 12 juin puis de la zone III. Son chef était la capitaine Alfred Pabiot alias Martial, l’adjoint du commandant Willy Mabrut, alias Tonton. Caporal, il fut nommé Sergent à partir du 5 juin 1944.

Il a été arrêté le 12 juillet 1944 victime d’une dénonciation car désigné, sur le carreau de la mine, comme membre de la Résistance par un de ses anciens camarades du maquis. Ses deux frères et les FFI présents furent également arrêtés.
Dans son dossier à Caen, tout comme ceux de ses 5 autres camarades arrêtés dans les mêmes circonstances, les attestations fournies sur les circonstances de cette arrestation ne reflètent pas la réalité des évènements, mentionnant une arrestation alors que ces hommes assuraient la protection d’un convoi de ravitaillement.

Les personnes arrêtées dans les mêmes circonstances et exécutées consécutivement à cette dénonciation sont : les trois frères Marche (Michel, François et Pierre), Etienne Mackoviak, René Michard et Jean-Baptiste Magnol, tous ouvriers mineurs, habitants à Messeix.

Après une série d’interrogatoire à Bourg-Lastic, il a été fusillé avec 22 autres otages le le 15 juillet 1944 au champ de tir du camp militaire de Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme) soit autant que le nombre de soldats allemands tués le 7 juillet à quelques kilomètres de Bourg-Lastic, en Corrèze.

Reconnu "Mort pour la France", il a été homologué FFI pour la période du 15 mai au 15 juillet 1944. Il a reçu le titre d’Interné-Résistant (DIR). Il a également reçu la Médaille de la Résistance.
Ses deux frères figurent parmi les 23 victimes.

Son nom figure sur les Monuments aux Morts de Bourg-Lastic et Messeix.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221664, notice MARCHE Michel, Raymond [pseudonyme dans la résistance : Raymond] par Eric Panthou, version mise en ligne le 2 janvier 2020, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Eric Panthou

SOURCES : Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 496 : liste des fusillés, des massacrés dans la région du Puy-de-Dôme, 1er mars 1945 .— Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 908 W 908 W 30 et 908 W 112 .— AVCC Caen, AC 21 P 82955 et AC 21 P 590957. Dossier Michel Marche .— SHD Vincennes, GR 16 P 392225. Dossier Michel Marche (nc) .— Mémorialgenweb .— état-civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément