BARBU Léon, Joseph

Par Jean Belin

Né le 23 juin 1882 à Semur-en-Auxois (Côte-d’Or), mort le 7 mai 1973 à Dijon (Côte-d’Or) ; ouvrier métallurgiste à Dijon ; syndicaliste CGT de Côte-d’Or ; militant socialiste

Fils de Hyacinthe Barbu, facteur de ville, et de Louise Laubé, Léon Barbu travailla dès l’âge de douze ans comme bourrelier à Semur-en-Auxois. Ses parents vinrent habiter rue Cazotte à Dijon en 1898. Embauché dans le même emploi à Dijon, et au contact de militants dans sa corporation, il s’engagea à la CGT. Il prit très rapidement des responsabilités dans le syndicat de la Sellerie et de la Bourrellerie de Dijon où il fut membre du bureau en juin 1904. Il devint ensuite ajusteur mécanicien chez Bertholle à Dijon en 1907 et rentra au bureau du syndicat des métaux de Dijon Au cours de la guerre de 1914-1918, Léon Barbu participa pour le syndicat de la métallurgie dijonnaise au comité permanent de conciliation et d’arbitrage mis en place par le préfet sur les questions relatives aux conditions de travail, salaires et vie chère. Devant la montée en puissance des luttes ouvrières dans les entreprises de la métallurgie qui travaillèrent pour l’armement, le syndicat se renforça et se réorganisa. En février 1919, il fut élu trésorier général du syndicat CGT des Métaux de Dijon, puis secrétaire adjoint, le secrétaire général étant Aimé Laboureau. Le syndicat compta 190 adhérents. Il fut élu membre de la commission administrative de l’Union départementale CGT de Côte-d’Or au congrès du 25 juillet 1920. Il fut délégué pour son syndicat et pour le syndicat des ouvriers de la société électrique de Dijon au 21e congrès corporatif, 15e de la CGT qui se tint à Orléans du 27 septembre au 2 octobre 1920. Il rejoignit la CGTU et la direction de l’UD unitaire avec Michel Chanceaux et Albert Manière après la scission de mai 1922. Léon Barbu fut candidat aux élections municipales de Dijon en 1919 sur la liste socialiste conduite par Henri Barabant*, mais ne fut pas élu.
Il se maria le 31 août 1907 à Dijon avec Thérèse Perrot, lingère, décédée en 1921, et se remaria à Beaune (Côte-d’Or) le 5 novembre 1921 avec Jeanne Marie Thérèse avec laquelle il eut un fils, Robert, né en 1922. Domicilié au 15 rue du Château d’Eau à Dijon en 1926.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221838, notice BARBU Léon, Joseph par Jean Belin, version mise en ligne le 8 janvier 2020, dernière modification le 8 janvier 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. Nat. F7/12981. — Le Réveil syndical, organe de l’Union des syndicats CGT de Côte-d’Or, éditions de 1918 et 1919. — Arch. IHS CGT 21. — Arch. Municipales de Dijon, correspondances entre la Bourse du travail et la ville de Dijon, série SG 23 A-B, statuts et bureaux des syndicats, sous-série 7F2. — Compte rendu du 20ème congrès de la CGT. — Arch. Départ. de Côte-d’Or, sous-série 9M-M14VIIIh4, état civil, recensement de la population, fiche de recrutement militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément