LEBOUC Constant, Jacques, Célestin

Né le 14 novembre 1817 à Alençon (Orne) ; ouvrier forgeron mécanicien ; combattant de juin 1848 ; communard.

Il habitait Paris depuis 1844 ou 1845. Il s’affilia en 1848 à la Société des Ouvriers Serruriers du faubourg Poissonnière et fréquenta le club présidé par Maury à la Chapelle où il demeurait.
Sans travail, il entra aux Ateliers nationaux, où il fut nommé brigadier. Le 23 juin, avec sa compagnie de garde nationale, il occupa la barrière de la Chapelle et se trouva à la barricade de la Grande-Rue. La barricade prise, le 25, il fut arrêté avec une trentaine d’autres chez un marchand de vins de la place de la mairie de la Chapelle. Il rentra de transportation en novembre 1849.
À son retour, il essuyait trois condamnations : une à quatre mois de prison pour mauvais traitements à sa femme (septembre 1850) ; une à deux mois pour rupture de ban (février 1851) ; une à cinq mois pour coups (septembre 1852).

Pendant le Siège il servit au 172e bataillon de la Garde nationale, 7e compagnie sédentaire — sans grade. Il ne fit aucun service, de l’armistice au 10 avril 1871, et il cessa toute activité militaire le 21 mai.
Le 11e conseil de guerre le condamna, le 3 janvier 1872, à un an de prison et cinq ans de surveillance. Il était alors veuf, sans enfant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221883, notice LEBOUC Constant, Jacques, Célestin, version mise en ligne le 8 janvier 2020, dernière modification le 8 janvier 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/780. — Le dossier manque aux Archives du ministère de la Guerre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément