CHENEVIÈRE Pierre, Marcel

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 2 octobre 1921 à Blois (Loir-et-Cher), mort en action le 18 avril 1944 à Chevry (aujourd’hui Saint-Claude, Jura) ; commis des PTT ; résistant du maquis du Haut-Jura (Service Périclès), des Forces françaises combattantes et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Pierre Chenevière était le fils de Théodore Alphonse et de Marie Marguerite Navarre. Il était célibataire et domicilié à Blois (Loir-et-Cher). Il exerçait le métier de commis aux PTT.
Il entra dans la Résistance dans le maquis du Haut-Jura Service Périclès avec le pseudonyme "Palette".
Le 7 avril 1944, l’ennemi lança l’opération "Frühling" (Printemps) contre les maquis de l’Ain et du Haut-Jura.
Pierre Chenevière fut tué avec Pierre Dureault "Charnay" au-dessus des rochers dominant Chevry dans le Haut-Jura, vers le 18 avril 1944, au cours du repli après les combats de La Versanne,
Son corps fut retrouvé le 22 avril 1944 à seize heures sur la commune de Chevry, au lieu-dit "aux Prés Goïa".
Le signalement était le suivant : « L’inconnu mesure un mètre soixante cinq environ, il a de vingt à vingt deux ans environ, des cheveux châtains clairs crépus, sourcils de même. Le corps est vêtu de dedans en dehors d’une chemisette de toile grise foncée avec deux poches à boutons, chandail gris échancré au cou, blouse cuir "chantier", veste de chantier vert à capuchon, ceinture de cuir épais de quatre centimètres environ de largeur. Pantalon de drap vert foncé, pas de caleçon, chaussettes à côtes gris foncé, chaussures à gros clous, semelles cloutées latéralement. Le cadavre porte deux blessures par arme à feu : l’une a son orifice d’entrée à la pointe de l’omoplate droite et son orifice de sortie au dessous de la clavicule droite, l’autre a son orifice d’entrée dans la région rétro-mastoïdienne gauche, son orifice de sortie dans la région pariétale droite supérieure. Cette blessure a déterminé un éclatement du crâne avec extériorisation de parcelles de cerveau. La mort a été instantanée et remonte à cinq ou six jours. »
L’acte de décès fut dressé le 23 avril au nom d’un inconnu sur la déclaration de Félix Vuillermoz, cultivateur domicilié à Chevry, 39 ans. Il fit l’objet d’un jugement rectificatif de décès du Tribunal civil de Saint-Claude rendu le 7 février 1945 et transcrit le 28 février 1945 à Chevry.
Il est inhumé dans le carré des corps restitués aux familles, section N au cimetière communal, à Blois (Loir-et-Cher).
Il obtint la mention « Mort pour la France » transcrite sur l’acte et fut homologué comme soldat des Forces françaises combattantes (FFC) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI), [SHD Vincennes GR 16 P 126229].

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221924, notice CHENEVIÈRE Pierre, Marcel par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 9 janvier 2020, dernière modification le 9 janvier 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : : Musée de la Résistance 1940-1945 en ligne, Données extraites du CD(DVD)-ROM : La Résistance dans l’Ain et le Haut-Jura (2013).— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément