DE MASSOT Pierre [DE MASSOT DE LAFOND Marie, Joseph, Alphonse, Pierre ]

Par Claude Pennetier, Jean-Pierre Ravery

Né le 10 avril 1900 à Lyon 2e (Rhône), mort le 3 janvier 1969 à Paris (VIe arr.) ; journaliste, écrivain ; lié aux dadaïstes, surréaliste ; communiste de 1921 à 1956.

Pierre de Massot était le sixième enfant du comte Adolphe de Massot de Lafond. Il avait perdu ses trois frères aînés, Henry, Bernard et Régis, au cours de la Première guerre mondiale. En dépit de ses origines aristocratiques, la famille était sans fortune.
Dadaïste puis surréaliste, membre du Parti communiste de 1921 à 1956, Pierre De Massot avait épousé en 1928 Eliza Robertson, dite « Robbie »,une jeune Ecossaise que lui avait présenté Man Ray et qui décéda en 1951. Le couple eut un fils, François De Massot qui fut un dirigeant trotskyste.
Pierre De Massot combattit dans les rangs des FTP pendant la Résistance. Il fit partie du Comité national des écrivains et publia chez Losfeld une plaquette en hommage à André Breton : Le Septembriseur. Il écrivit sur Francis Picabia et sur Marcel Duchamp. Il perpétua dans plusieurs de ses ouvrages le souvenir d’Erik Satie qu’il avait connu par l’entremise du peintre dadaïste, Francis Picabia. Sa correspondance avec André Gide, de 1923 à 1950, fut publiée en 2001.
De Massot fut signataire de le Manifeste des 121. Membre du Comité pour la réhabilitation d’André Marty en 1964, partisan résolu de la déstalinisation, il s’écarta du Parti communiste en 1956 et mourut en janvier 1969 dans le très modeste meublé qu’il habitait au 33, rue Dauphine (Paris VIe) avec sa compagne Micheline Kunosi.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22194, notice DE MASSOT Pierre [DE MASSOT DE LAFOND Marie, Joseph, Alphonse, Pierre ] par Claude Pennetier, Jean-Pierre Ravery, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 4 octobre 2021.

Par Claude Pennetier, Jean-Pierre Ravery

ŒUVRES : De Mallarmé à 391 , éd. Au Bel Exemplaire, 1922 ; Saint-Just ou le divin bourreau, éd. Pierre de Massot, Paris 1925 ; Portrait d’un bull-dog ou prolégomène à une critique de la sensibilité, éd. Pierre de Massot, Paris 1926 (illustré par Berenice Abbott ) ; Mon corps, Ce doux-démon, Alès 1959 (Récit érotique écrit en 1932, alors que Pierre de Massot séjournait à Cannes, sur le bateau de Francis Picabia. Il est publié une vingtaine d’années plus tard, à compte d’auteur. avec une préface d’ André Gide ) ; Francis Picabia . Seghers, Paris, 1966 ; André Breton ou le septembriseur. Losfeld, Paris, 1967 ; Mystère des maux. Poèmes. Martinet, Paris, 1961 ; Marcel Duchamp, EA, Paris, 1965.

SOURCES : Débat communiste, 15 mars 1964. — Unir-Débat, n° 10, 10 octobre 1967 ; n° 27, 10 mars 1969. — Étant donné Marcel Duchamp, n°2, 1999, dossier Pierre de Massot. — Pas de dossier sur Mémoire de hommes, SHD. — Notes de Jean-Pierre Ravery. — editionsarfuyen.com

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément