GERSTENFELD Dezso ou Désiré

Par Jean-Luc Marquer

Né le 5 juin 1922 à Budapest (Hongrie), abattu lors d’une tentative d’évasion le 10 mars 1944 à La-Tronche (Isère) ; coiffeur ; victime civile

Tombe de Désiré GERSTENFELD en 2022
Tombe de Désiré GERSTENFELD en 2022
Photo : Souvenir Français Isère

Issu d’une famille juive, Dezso ou Désiré Gerstenfeld était le fils de Sandor, d’origine polonaise, et de Regina Skreikes.
Il avait un frère ainé Gyula (Jules), né en 1920, et une sœur Charlotte, née à Paris en 1926.
Arrivée en France entre 1922 et 1926, la famille obtint sa naturalisation en 1934.
Elle s’était installée à Montfermeil (Seine-et-Oise, aujourd’hui Seine-Saint-Denis)
En 1942, la nationalité française fut retirée aux membres de la famille.
Gyula Gerstenfeld fut déporté à Auschwitz-Birkenau par le convoi N°3. Il ne revint pas.
Désiré Gerstenfeld était coiffeur, il habitait 4 quai Mounier à Grenoble (Isère).
Le 10 mars 1944, il se trouvait avec un autre jeune homme à Corenc (Isère) sur la route entre Le Sappey (aujourd’hui, Le Sappey-en-Chartreuse, Isère) et La Tronche (Isère).
Pierrette Vogel, que des membres de la Gestapo venaient d’arrêter au Sappey, témoigna pour le Mémorial de l’oppression : « J’ai été arrêtée par la Gestapo et conduite à Grenoble en automobile à l’hôtel Suisse-et-Bordeaux. *
En cours de route, nous trouvant à Corenc, au couvent de la Providence, la voiture s’est arrêtée. Les deux agents de la Gestapo qui me conduisaient sont descendus et ont demandé les papiers à deux jeunes gens qui se trouvaient sur la route. Je connaissais ces deux personnes pour les avoir vues dans le car mais j’ignorais leur nom. Elles paraissaient âgées de 20 à 30 ans.
À la suite de vérification des papiers, ces hommes ont été invités à monter dans la voiture. Le plus âgé s’est assis sur le siège arrière et a pris le jeune sur ses genoux.
À un certain moment le jeune a essayé d’ouvrir la portière, c’est alors que l’Allemand qui ne conduisait pas lui donna l’ordre de mettre ses mains sur le rebord du siège.
Arrivé à la Vierge Noire, commune de La Tronche, il réussit à ouvrir la portière et sauter sur la route, ensuite franchir un parapet pour sauter d’une hauteur d’environ 6 mètres dans un ravin.
Bien que la voiture continuât à avancer, l’Allemand qui ne conduisait pas descendit et déchargea son revolver sur le jeune homme. Pendant ce temps, l’autre agent de la Gestapo ayant réussi à arrêter la voiture prit sa mitraillette et la passa à son camarade. Celui-ci continua, à l’aide de cette arme, à tirer et à achever le jeune homme. L’assassin a ensuite escaladé le mur pour se rendre auprès du jeune pour lui donner le coup de grâce et lui prendre son portefeuille. »

Un témoin s’étant rendu auprès du cadavre releva 35 impacts de balles.
Désiré Gerstenfeld obtint la mention « Mort pour la France ».
Il est enterré au cimetière Saint-Roch de Grenoble, carré 19, rang 8RL, emplacement 00406. Grâce à la vigilance du Souvenir Français, sa tombe qui allait être détruite a finalement été restaurée en 2022 et une cérémonie d’hommage a eu lieu le 25 avril.



*Arrivé en février 1944 à Grenoble, Aloïs Brunner s’y était installé avec son commando.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221961, notice GERSTENFELD Dezso ou Désiré par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 10 janvier 2020, dernière modification le 25 avril 2022.

Par Jean-Luc Marquer

Désiré GERSTENFELD
Désiré GERSTENFELD
Photo : Jean-Luc Marquer
Tombe de Désiré GERSTENFELD en 2022
Tombe de Désiré GERSTENFELD en 2022
Photo : Souvenir Français Isère

SOURCES : Arch. Dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression 3808 W 461 — AVCC Caen AC 21 P 455088 (à consulter) — Dominique Lormier, La Gestapo et les Français, Flammarion, 2013 — https://gallica.bnf.fr/ark — Mémorial de Yad Vashem — Mémorial de la Shoah, Paris — https://www.gescimenet.com — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément