BONNET André. Pseudonyme dans la Résistance Serge

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 15 octobre 1910 à Moulins (Allier), mort le 7 novembre 1983 à Désertines (Allier) ; mouleur sur métaux ; militant de la CGTU des métaux de Moulins ; secrétaire régional des Jeunesses communistes de l’Allier en 1936 ; résistant FTPF ; déporté à Dachau ; communiste.

Fils d’un manœuvre, André Bonnet habita rue des Bouchers et épousa Louise Guichon le 24 juillet 1934 à Moulins, il eut trois enfants, après le décès de sa femme il se remaria le 5 février 1942 à Bessay avec Marcelle Boucaud dont il eut un fils. Il exerça la profession de mouleur sur métaux.
En 1926, André Bonnet fut avec Georges Chabridon, Mouly, Barbiéri, Hubert Joannin et Robert Rousselle, à l’origine de la première section des métaux de Moulins qui adhéra aussitôt à la CGTU.
À l’âge de 24 ans, il fut candidat aux élections municipales de Moulins sur une liste communiste conduite par Marcel Guyot (5 mai 1935).
À la Conférence régionale des Jeunesses communistes (Moulins, 4 et 5 janvier 1936), il fut élu secrétaire régional et délégué au VIIIe Congrès des Jeunesses communistes de Marseille (28 mars 1936) ; durant son mandat, il engagea un travail de reconstruction des JC. Il participa à l’aide au Peuple Espagnol qui fut particulièrement active à Moulins. Il fut élu au comité fédéral du PCF-Allier en 1939.
Résistant FTPF au maquis Danielle Casanova (forêt de Moladier près de Moulins), sous le pseudonyme de « Serge », il participa aux différentes actions militaires et actions de sabotage contre l’ennemi et prit une part effective au combat contre les Allemands à Meillard le 16 juin 1944. Il fut arrêté le 18 juillet à Châtel-de-Neuvre (Allier) lors de l’attaque du maquis par 1 300 miliciens et GMR. Emprisonné à Vichy et à la prison du 92e Régiment d’Infanterie de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), le 20 août, il fut déporté au camp du Struthof-Natzwiller. André Bonnet fit parti du convoi du 6 septembre 1944 vers le camp de concentration de Dachau, affecté au Kommando d’Allach.
Libéré le 30 avril 1945, il revint à Moulins (quartier des Champins) et reprit son activité d’ouvrier métallurgiste comme chef d’équipe à la fonderie Chaumette ; il fut par la suite reconnu et classé invalide en mars 1968.
Secrétaire de la section de Moulins du PCF (1946-1948), de la cellule des métaux (1949), il fut réélu au comité fédéral du PCF-Allier (15 juin 1947).
Au moment de la mise en place du conseil d’administration provisoire de la Caisse d’Allocations Familiales de l’Allier, il occupa la place d’administrateur-ouvrier de 1946 à 1947.
Candidat à plusieurs scrutins : à celui de l’élection au Conseil de la République sur le canton de Moulins-est, 24 novembre 1946 (17e position) et à celui des élections municipales, 19 et 26 octobre 1947 (non élu, 20e position sur la liste d’Union Républicaine et Résistante conduite par Marcel Guyot).
À partir de 1956, il n’eut plus de fonctions officielles au sein du PCF, ce retrait n’avait pas de raisons politiques.
Président de la section de Moulins de la Fédération Nationale des Déportés, Internés, Patriotes de la Résistance (FNDIRP), il était embre de l’ANACR.
Il fut proposé, en 1976, pour recevoir la Médaille Militaire. André Fournet, président adjoint de la FNDIRP lui remit la croix de chevalier de la Légion d’honneur le 1 juin 1983.
Ses obsèques eurent lieu au cimetière de Moulins, le 10 novembre 1983.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article221975, notice BONNET André. Pseudonyme dans la Résistance Serge par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 12 janvier 2020, dernière modification le 12 janvier 2020.

Par Jean-Noël Dutheil

SOURCES : Arch. Dép. Allier 2200W34. — Biographie publiée par l’AFMD-Allier. — Arch. de l’IHS-CGT du 03. — Presse La Voix du Peuple, 21 mars et 29 août 1936 ; La Montagne , 1er juin et 10 novembre 1983. — Témoignage Jean Pierre Rousselle, 9 janvier 2020.

Iconographie : Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément