CUZENT René-Henry (s’écrit également Henri)

Par Jean-Yves Guengant

Né le 2 thermidor an II (20 juillet 1794) à Lambézellec (Finistère), mort le 11 juin 1875, Brest (Finistère) ; marchand tapissier ; militant associatif, créa l’Association de bienfai-sance mutuelle, première association mutualiste brestoise, en 1845.

René-Henry Cuzent naquit à l’hôpital de Pontanézen, où son père Jean-Baptiste était sous-commis de la Marine. René-Henry fit un apprentissage de tapissier. En 1820, il épousa Marie-Jeanne Lorlat. En 1824, il s’affilia à la loge maçonnique brestoise des "Élus de Sully", où il eut jusqu’à sa mort une activité constante - il aurait été initié en 1816, à Nantes. En 1838, il fut membre d’une commission chargée d’examiner la doctrine phalanstérienne ou « science sociale de Fourier ». La commission proposa d’acheter un certains nombre d’ouvrages nécessaires, puis participa à l’admission de fouriéristes, dont Jean-René Allanic, professeur de philosophie, (3 octobre 1838), (23 octobre 1839).Des conférences sont organisées fin 1839 sur la science sociale et les ouvrages fouriéristes furent diffusés par la librairie Cuzent (Caroline Aubrée, épouse Cuzent). En 1844, il devint membre de la Société d’émulation de Brest.

René-Henry tenait un commerce de marchand tapissier et de meubles. Voulant créer une as-sociation mutuelle, il chargea Paul de Flotte, président du groupe brestois de l’École sociétaire, de demander en mars 1845, des statuts d’association de secours au mouve-ment. Il fonda en avril 1845 avec deux collègues, Joseph-Louis Guézénec (17 mai 1798, Brest - 26 mai 1853, Brest) et Hippolyte Tousseux (23 novembre 1808, Brest - 12 janvier 1892, Brest) l’"Association de bienfaisance mutuelle", dont il fut élu président en août 1845. Pre-mière association mutualiste du Finistère, elle comptait 360 membres en 1848, « des ouvriers civils », à qui elle allouait en cas de maladie une indemnité journalière de 0,75 F, contre une cotisation mensuelle d’un franc.

L’association était constituée de professionnels de l’artisanat. Elle refusait l’adhésion des ma-nœuvres du bâtiment et des manutentionnaires ; leur travail précaire et dangereux aurait mis à mal les caisses de la société de secours que l’association gérait.

Afin de fêter dignement la nouvelle république, l’association fit partie du défilé regroupant plus de 7 000 personnes le 2 avril 1848 et où toutes les associations mutuelles et les clubs étaient représentés. Elles se présentèrent, fanfares en tête, devant le nouveau sous-commissaire de la république, Prosper Francart. Cependant après les événements de juin 1848, la répression du mouvement social amena à Brest près de deux mille insurgés parisiens, qui furent emprisonnés sur des pontons ou au bagne. Les rares démocrates-socialistes et fouriéristes brestois furent réduits au silence.
René-Henry se consacra sous le Second Empire à la loge, devenue les "Amis de Sully". Il dirigea la commission administrative chargée de mener à bien la construction du nouveau temple maçonnique brestois en 1868 puis s’occupa de la bibliothèque, mise à disposition du public, et des archives de la loge.

René-Henry décéda le 11 juin 1875.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222031, notice CUZENT René-Henry (s'écrit également Henri) par Jean-Yves Guengant, version mise en ligne le 14 janvier 2020, dernière modification le 14 janvier 2020.

Par Jean-Yves Guengant

SOURCES : Jean-Yves Guengant, « Les Élus de Sully et de Fourier - Une rencontre durable entre francs-maçons brestois et fouriéristes (1839) », Cahiers Charles Fourier, n° 18, décembre 2007, disponible en ligne sur www.charlesfourier.fr. — Registre des Élus de Sully, 40 J 43, archives départementales du Finistère, Quimper. — Fonds des Élus de Sully, série S (en ligne), archives de Brest Métropole. — Archives de Brest Métropole : état-civil, registres de délibération du conseil municipal, correspondances avec les associations, règlement de la société de bienfaisance mutuelle de Brest (dossier 5 Q 10 – 2). — Annuaire de la société d’émulation de Brest et du Finistère. — Bulletin phalanstérien, 1846-1850.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément