GROS Joseph [GROS Maurice, Julien, Joseph]

Par Jean Belin

Né le 13 avril 1908 à Corcelles-les-Citeaux (Côte-d’Or), mort le 22 janvier 1964 à Dijon (Côte-d’Or) ; ouvrier de la santé ; syndicaliste CGT de Côte-d’Or et militant communiste ; administrateur Sécurité sociale ; résistant au sein du Front national (FN).

Fils de Jean, Louis, Joseph Gros, cultivateur, et de Marie Lamotte, sans profession, neveu d’Etienne Gros* qui fut fondateur du syndicat CGT des cantonniers de Côte-d’Or et domicilié dans sa commune natale, Joseph Gros fut chef manœuvre à l’entreprise Drouard Frères en 1936, puis chauffeur de chaudière à l’hôpital général. Il milita à la CGT et au Parti communiste français bien avant la guerre. Il fut mobilisé du 2 septembre 1939 au 6 août 1940. Pendant la guerre, il investit le mouvement de Résistance au sein du Front national (FN) dès la fin de 1940. Il fut secrétaire général du Syndicat CGT des Hospices civils et du groupement départemental des syndicats de santé après la Libération, secrétaire général adjoint du groupement départemental des services publics et des services de santé de Côte-d’Or en juillet 1962, le secrétaire général étant à cette date, Louis Chenevoy*.
Il s’investit dans l’activité interprofessionnelle et fut membre de la commission administrative de l’Union Départementale CGT de la Côte-d’Or au 1er congrès après la libération en janvier 1946. Il le resta jusqu’au congrès d’octobre 1958. Il fut membre du bureau de l’Union Départementale en 1952 et responsable de la diffusion de la presse syndicale. Il fut administrateur de la Bourse du travail en mai 1946, le président du CA étant Auguste Heinimann*. Parmi ses autres mandats syndicaux, il fut élu administrateur CGT de la C.P.A.M. de Côte-d’Or en 1955 et à nouveau candidat en 1962.
Membre du Parti communiste français, il fut élu au comité fédéral de Côte-d’Or de la 4e Conférence fédérale en mai 1948 à la 9e Conférence en 1954, et de la commission de contrôle financier (CCF) à la 10e Conférence en mai 1956. Il fut candidat aux élections municipales de Dijon sur une liste communiste en mars 1959, mais non élu. Il se maria le 19 octobre 1935 à Dijon avec Madeleine Massot, chocolatière à Dijon, avec laquelle il eut deux fils, Maurice Lucien Gros, né le 3 février 1936, et René Gros, tous deux nés à Dijon. Domicilié au 75 rue Charles Poisot à Dijon en 1962. Retraité en 1963, il décéda l’année suivante.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222080, notice GROS Joseph [GROS Maurice, Julien, Joseph] par Jean Belin, version mise en ligne le 17 janvier 2020, dernière modification le 17 janvier 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. IHS CGT 21, fonds de l’UD. — Arch. Départementales de la Côte-d’Or, état civil, fiche de recrutement militaire et recensement de la population. — Arch. Municipales de Dijon, sous-série 7F. — Les communistes dans la Résistance en Côte-d’Or, additif à l’édition de 1996. — Comités fédéraux du PCF de Côte-d’Or. — Une semaine en Côte-d’Or, éditions de mars 1959. — L’Avenir de la Côte-d’Or, édition du 5 juin 1948.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément