ANCEAU Aimé, Firmin [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy, Dominique Petit

Né à Paris (12e arrondissement) le 18 février 1874. Tué sur le front le 25 septembre 1915. Sculpteur sur bois. Anarchiste de Paris et Montreuil (Seine-Saint-Denis)

Aimé, Firmin ANCEAU. Alphonse Bertillon. Épreuve argentique à partir d’un négatif sur verre. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

Aimé Anceau (parfois orthographié Ansseau ou Anseau) assistait le 19 janvier 1894, à la salle Mormand, 92 boulevard Ménilmontant à une réunion du groupe des anarchiste des XI et XXème arrondissements et de la banlieue. Selon le rapport d’un indicateur, rapportant les propos de Mathias Hourt, cette réunion aurait été une souricière organisée par Wagner « pour livrer les compagnons à la police qui se tient aux environs.  » En entendant ces propos les anarchistes, se seraient empressés de quitter la salle, où il ne restait que Wagner et quelques consommateurs.
Fiché comme anarchiste en juillet 1894 au fichier Bertillon, son dossier à la Préfecture de police portait le numéro 334.185. Il fut arrêté le 17 juillet 1894, pour association de malfaiteurs.
Il tira au sort avec la classe 1894 et fut déclaré « bon pour le service  ».
Condamné le 7 août 1895 à Paris à un mois de prison pour port d’arme prohibée, il était déclaré insoumis le 7 février 1896. Il avait été inscrit à l’état vert n°2 et n°4 des anarchistes disparus et/ou nomades.
Il se réfugia en Belgique à Uccle où il demeurait 406 chaussée de Waterloo.
Il fut rayé de l’insoumission le 1er avril 1902, pour vice de procédure mais déclaré à nouveau insoumis le 2 juillet 1902.
Le 3 septembre 1904, il passa dans la réserve de l’armée active.
A partir du 20 août 1905, Anceau demeura 73 rue des Haies (20e arrondissement), puis au 1er juin 1906, 78 rue des Grands Champs (20e arrondissement).
Le 29 août 1909, il s’installait à Bruxelles, 13 rue Liverpool.
Au début des années 1910, revenu en France, il était membre du groupe anarchiste de Montreuil sous Bois et était domicilié route nationale, hameau de Paris à Chennevières sur Marne. Depuis le 29 août 1910, il habitait 148 rue Etienne Marcel à Montreuil.
Le 17 août 1914, il fut mobilisé au 27ème Régiment d’infanterie. Tué sur le front le 25 septembre 1915 à Auberive-sur-Suippes (Marne). Aimé Anceau fut d’abord inhumé à Mourmelon. Il fut décoré de la Croix de guerre, avec étoile de bronze. Sa dépouille fut transférée le 29 avril 1920 au cimetière militaire du Bois du Puits à Auberives , numéro de tombe 1014 (PV 4739 du 20 mai 1920)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222141, notice ANCEAU Aimé, Firmin [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, Dominique Petit, version mise en ligne le 19 janvier 2020, dernière modification le 29 janvier 2020.

Par Rolf Dupuy, Dominique Petit

Aimé, Firmin ANCEAU. Alphonse Bertillon. Épreuve argentique à partir d’un négatif sur verre. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York
Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

SOURCES  :
Fichier Bertillon 1894. Mutropolitan museum of art New-York — Arc. Nat. F7/13053— Etat signalétique confidentiel des anarchistes disparus et des anarchistes nomades, n°4, avril 1904 — Archives de la Préfecture de police BA 1500, 1508 — Archives de Paris D4R1 786 registre matricule 4554 — Journal officiel du 4 juillet 1922 — Les anarchistes contre la république de Vivien Bouhey. Annexe 56 : les anarchistes de la Seine.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément