DE GUNSCH Ludovicus, dit Louis.

Par José Gotovitch

Jette (pr. Brabant, arr. Bruxelles ; aujourd’hui Région de Bruxelles-Capitale), 28 juin 1912 – 7 décembre 1979. Employé à la Poste, militant communiste, membre de la Jeunesse communiste et du Parti communiste de Belgique, conseiller communal de Jette.

Né d’un père mécanicien, socialiste, et d’une mère ménagère, catholique, Louis De Gunsch est néerlandophone. D’abord ajusteur, il entre à la Poste. Il adhère à la Jeunesse communiste (JC) en 1932. Il effectue son service militaire de février 1932 à octobre 1933.

Militant très actif, Louis De Gunsch devient membre du Comité central de la JC et adhère au Parti communiste de Belgique (PCB). Il est connu sous le sobriquet de « Jef Barricade ». Son activité militante le pousse à l’action syndicale au sein de la Poste ce qui lui vaut d’être révoqué en 1932. Il est finalement réintégré par le ministre des Communications et des Postes, Téléphones et Télégraphes, le socialiste, Paul-Henri Spaak*, en 1935.

En 1936, Louis De Gunsch épouse Elena Verschaere. Ils ont un premier fils en 1937, un second en 1946.

Facteur à la Grand-Poste de Bruxelles, Louis De Gunsch figure en deuxième place sur la liste communiste de Koekelberg lors des élections communales de 1938. Son dossier au Komintern souligne ses bons liens « avec les masses ».

Louis De Gunsch fait la campagne des 18 jours. Il rentre de France en août 1940 et reprend son travail. Il participe aux premières actions à la Grand-Poste et à la création du Comité de lutte syndicale (CLS). Il « règne » sur le premier étage du bâtiment. En 1941, il héberge Henri Laurent, alors secrétaire politique fédéral de Bruxelles. En février 1942, De Gunsch passe dans l’illégalité. Arrêté le 22 mai 1942, il est déporté. Son parcours concentrationnaire passe par Natzweiler-Struthof (commune de Natzwiller, département du Bas-Rhin, France), Allach (annexe du camp de Dachau, land de Bavière, Allemagne), et finalement Mauthausen (communes de Mauthausen-Gusen, Région de Haute- Autriche, Autriche) d’où il est libéré en avril 1945.

Après la guerre, Louis De Gunsch retourne à la Poste. Il devient secrétaire politique de la section du PC de Jette. Lors des élections communales de 1946, il se présente à la troisième sur la liste communiste. Il est élu conseiller suppléant. Militant syndical actif, il est sanctionné par le ministre des Communications, le socialiste Achille Van Acker, lors de la grève de 1948, et déplacé de la Grand-Poste. Il s’oppose peu à peu à la politique syndicale du PCB qu’il quitte en 1952.

Louis De Gunsch rallie le Parti socialiste belge (PSB) qui le présente aux élections communales. Il entre au conseil de Jette le 20 mars 1959 et y demeure jusqu’au 31 décembre 1964. Selon son fils, Cyril, « il est resté communiste dans sa tête ». De Gunsch est réélu conseiller communal en 1978 et siège jusqu’à son décès, le 7 décembre 1979.

Devenu contrôleur en chef des Postes, Louis De Gunsch, actif au Club sportif de la Poste depuis 1948, est pensionné en 1976. Il exerce la gérance du domaine de Ronchinne, à Assesse (aujourd’hui commune de Maillen, pr. et arr. Namur), acheté en 1957 par le Fonds spécial d’assistance aux postiers qui a transformé ce lieu en centre de vacances pour le personnel de la Poste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222173, notice DE GUNSCH Ludovicus, dit Louis. par José Gotovitch, version mise en ligne le 27 janvier 2020, dernière modification le 19 avril 2022.

Par José Gotovitch

SOURCES : Administration communale de Jette – RGASPI, 495-193-369 – CArCoB, Archives Leplat – Interview du fils de Louis De Gunsch, Cyrille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable