ANCIAUX Maria, née CIANKA

Par Jean-Claude Magrinelli

Né le 4 mars 1912 à Cetula (Pologne), guillotinée après condamnation à mort le 20 janvier 1944 à Dortmund (Allemagne) ; militante communiste, résistante ; déportée NN.

Épouse du résistant communiste Raymond Anciaux (1913-1943), française par mariage, Maria Anciaux fut arrêtée avec son mari le 30 avril 1942 pour distribution de tracts communistes à Fléville-Lixière (Meurthe-et-Moselle). Ce fut également le cas de leurs amis Antoine Berthier et Suzanne Berthier. Pendant l’identification de son mari, elle réussit à s’échapper en portant des coups sur le gendarme Vasseur et en sautant sur un tandem. Elle fut reprise le 2 mai à Longuyon, puis condamnée par le tribunal correctionnel de Briey le 7 mai à deux mois d’emprisonnement. Mais passée aux mains de l’autorité allemande d’occupation, elle fut transférée à la prison de la Santé à Paris avec Suzanne Berthier, les deux maris étant internés à Fresnes.
Les deux couples furent déportés "Nuit et Brouillard" (NN) le 12 juin 1942, dans le transport Paris-Trêves, les hommes au SS Sonderlager d’Hinzert , les deux femmes dans la prison de Flussbach.
Raymond Anciaux fut condamné à mort pour "avantages procurés à l’ennemi" le 4 juin 1943 par le Sondergereich (tribunal spécial) de Cologne et exécuté à la prison Klingelpütz de cette ville le 4 octobre 1943 avec Antoine Berthier pour les mêmes motifs.
Maria Anciaux fut condamnée par le tribunal spécial de Cologne à la peine de mort, pour activités communistes et violence envers des Feldgendarmes.
Elle fut guillotinée à Dortmund le 20 janvier 1944 avec Suzanne Berthier.
Son nom est gravé sur le monument aux morts de Vireux-Wallerand (Ardennes) et sur le monument aux déportés à Jarny (Meurthe-et-Moselle).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222222, notice ANCIAUX Maria, née CIANKA par Jean-Claude Magrinelli, version mise en ligne le 29 janvier 2020, dernière modification le 20 novembre 2021.

Par Jean-Claude Magrinelli

SOURCES : Jean-Claude Magrinelli, Militants ouvriers de Meurthe-et-Moselle sous l’Occupation, Nancy, 2020. — Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément