TORDJMAN Abraham, aussi connu sous le nom de TROUJMAN Albert

Par Jean-Luc Marquer

Né le 17 juillet 1881 à Oran (Algérie), disparu le 17 août 1944 après avoir été arrêté par la Gestapo ; employé de commerce ; victime civile

Issu d’une famille juive, Abraham Tordjman était le fils de Judas et de Messaouda Seboun.
Après des démêlés avec la justice, il quitta Oran (Algérie) d’où il était originaire et vint s’installer à Grenoble (Isère) où il avait de la famille.
Il était employé de commerce.
Il fit son service militaire au 3ème régiment de Zouaves du 14 novembre 1902 au 29 octobre 1903.
Mobilisé en 1914, il fit toute la guerre dans différents régiments d’infanterie, fut blessé trois fois et fut décoré de la Croix de Guerre avec étoile de bronze et de la Médaille Militaire.
Rendu à la vie civile le 8 mars 1919, il revint à Grenoble où il épousa Amélie Fraisse le 27 décembre 1923.
Selon un courrier adressé au préfet de l’Isère, son neveu Prosper Troujman, qui le nomme Albert Troujman, Abraham Tordjman fut arrêté à son domicile 2 rue Alphand le 17 août 1944 vers 8 h30 et immédiatement conduit dans les locaux de la Gestapo où, selon des témoins, il aurait succombé aux tortures qu’il subissait.
Le corps d’Abraham Tordjman ne fut pas retrouvé.
Abraham Tordjman figure parmi les victimes de la Shoah du Mémorial de Yad Vashem (Tardjman-Troujman Albert)


Voir : Grenoble, d’octobre 1943 à août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222233, notice TORDJMAN Abraham, aussi connu sous le nom de TROUJMAN Albert par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 29 janvier 2020, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : ANOM, état civil, RMM : FR ANOM 2 RM 82 — Arch. dép. Isère, 13 R 1069 — Mémorial de Yad Vashem

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément