DUMAS Gaston

Par jean-Louis Ponnavoy

Né le 22 juillet 1911 à Limoges (Haute-Vienne), blessé au cours d’une action résistante le 8 septembre 1944 à Autun (Saône-et-Loire) puis mort à l’hôpital de Montceau-les-Mines le lendemain le 9 septembre ; coiffeur ; résistant de l’ORA, du Corps franc Pommiès (CFP) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Gaston Dumas était le fils de Frédéric et de Antoinette Émilie Cocula. Il était domicilié 52, rue Gambetta à Cahors où il exerçait le métier de coiffeur et était marié avec Germaine Fernande Adrienne Françoise Salvetat.
Engagé volontaire dans les rangs du Corps Franc Pommiès, issu de l’organisation de Résistance de l’armée (ORA), il fit partie avec le bataillon Meunier de la colonne remontant depuis le sud-ouest de la France pour couper la retraite aux forces allemandes dans la région d’Autun.
Le 8 septembre 1944 les FFI assistés des FTP du régiment Valmy passèrent à l’attaque de la garnison d’Autun. À l’annonce du retour de la colonne Bauer qui tentait de reprendre Autun à partir de la RN 73, le colonel Demetz envoya un de ses escadrons et deux bataillons de la demi-brigade Wurteisen pour interdire l’entrée de la ville aux Allemands. Le bataillon du capitaine Turban fut placé à gauche de la route et celui du capitaine Munier à droite. Il y eut de violents combats avec beaucoup de morts de part et d’autre. Gaston Dumas fut grièvement blessé au cours de ces combats dans la soirée du 8 septembre devant le pont Saint-Andoche, à Autun. Le 10 septembre Autun fut libérée par l’action conjuguée des FTP du régiment Valmy, des FFI du sud-ouest (colonne Schneider, Corps-franc Pommiès) et des maquis de Saône-et-Loire (Serge, Maurice, Socrate) renforcés par le 2e dragons du lieutenant-colonel Demetz, avant-garde de l’armée B du général de Lattre.
Gaston Dumas décéda des suites de ses blessures le lendemain. Son corps fut ramené à Montceau-les-Mines par ses camarades et son décès constaté le 25 septembre 1944 et remontant au 9 septembre.
L’acte de décès fut dressé le 26 septembre sur la déclaration de Noël Brunet-Marquat, 33 ans, employé des Pompes funèbres générales à Montceau-les-Mines.
Selon le Mémorial Genweb et Mémoire des Hiommes (MDH), il décéda des suites de ses blessures le 11 septembre 1944 à l’hôpital civil, à Montceau-les-Mines.
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur la plaque commémorative sur le mur intérieur du cimetière derrière le carré militaire aux "FFI morts au Champ d’Honneur pour la libération d’Autun", à Autun (Saône-et-Loire), sur le Mémorial du Corps franc Pommiès, à Castelnau-Magnoac (Hautes-Pyrénées) et sur les monuments aux morts, à Pont-Sainte-Marie (Aube) et Cahors (Lot).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222348, notice DUMAS Gaston par jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 31 janvier 2020, dernière modification le 31 janvier 2020.

Par jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Wikipédia, Corps franc Pommiès.— René Giraudon : "Vers la Victoire", Formation de la colonne Schneider.— Le journal de Saône-et-Loire du 9 septembre 2014, Le sacrifice permet enfin la libération d’Autun.— Mémorial Genweb.— État civil (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément