DURET Edmond

Par Michel Germain

Né le 25 juin 1926 à Habère-Lullin, (Haute-Savoie), massacré le 26 décembre 1943 à Habère-Lullin ; victime civile.

Edmond Duret fit partie des jeunes, dont certains étaient des réfractaires voire des résistants, qui se retrouvèrent le soir du jour de Noël 1943 au château de la commune d’Habère-Lullin pour organiser un bal.
Trahis par une jeune marseillaise et un faux maquisard Guy Cazeaux (qui tous deux travaillaient pour les Allemands), ils furent arrêtés dans la nuit par un détachement du 28e régiment de police Todt commandé par le capitaine SS Lottmann et monté d’Annemasse. Vingt-quatre d’entre eux, parmi lesquels Edmond Duret, furent massacrés dans le château avant que les Allemands n’incendient la bâtisse.
D’autre part, les nazis fusillèrent le fromager du village. Des jeunes garçons et filles furent emmenés au Pax à Annemasse. Si les filles furent relâchées quelques jours plus tard, certains jeunes, qui n’avaient pu s’enfuir lors du transfert, furent envoyés en déportation. Six d’entre eux mourront dans les camps portant le nombre de victimes de ce drame d’Habère-Lullin à 31.
La « Marseillaise » et son mari furent exécutés par la Résistance et Guy Cazeaux fut jugé et fusillé après la Libération.
Un monument de granite bleu gris, élevé à l’emplacement du château, rappelle leurs noms. (Mémorial de l’oppression 3808 W 1462). Tous ont été reconnus « Morts pour la France ».



Voir Château d’Habère-Lullin (Haute-Savoie), 26 décembre 1943

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222353, notice DURET Edmond par Michel Germain, version mise en ligne le 31 janvier 2020, dernière modification le 31 janvier 2020.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément