BEAURE Pierre [Dictionnaire des anarchistes]

Par Dominique Petit

Né le 17 décembre 1852 à Saint-Léonard (Haute-Vienne) ; cordonnier ; anarchiste de Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne).

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

Pierre Beaure était le fils de Martial Beaure, boulanger, et de Catherine née Frangé.
Selon le journal Paris, il avait été le voisin de Vaillant (qui demeurait au n°17 de la rue de la Raffinerie) et son ami.
D’après le recensement de 1891, à Choisy-le-Roi, au 35 de la rue de la Raffinerie habitait un prénommé Paul Beaure, 39 ans, marchand de chaussures, avec son épouse, Mélanie, 36 ans, blanchisseuse et leurs quatre enfants. S’agit-il d’une erreur de prénom ?
Pierre Beaure était arrêté le 1er mars 1894, à son domicile, 35 rue de la Raffinerie à Choisy-le-Roi, pour association de malfaiteurs et libéré le 6 mars.
Son dossier à la Préfecture de police portait le n°11.706. La Préfecture de police orthographiait mal son nom.
La famille Beaure, originaire de Saint-Léonard, eut un rôle important dans le mouvement anarchiste : voir en particulier Armand Beaure  ; Barthélémy Beaure fut condamné, quant lui, par la cours d’assises de Limoges, le 13 novembre 1896, à 6 ans de réclusion pour fabrication de fausse monnaie. La femme de Jean Beaure demeurant 8 rue de la Raffinerie à Choisy-le-Roi était la maîtresse d’Émile Lenfant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222387, notice BEAURE Pierre [Dictionnaire des anarchistes] par Dominique Petit, version mise en ligne le 1er février 2020, dernière modification le 29 août 2021.

Par Dominique Petit

Photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York
Fiche photo anthropométrique Alphonse Bertillon. Collection Gilman. Métropolitan museum of art. New-York

SOURCES : Le Petit parisien, 2 mars 1894. — Le Journal, 10 janvier 1894. — Paris, 3 mars 1894. — Archives de la Préfecture de police Ba 1500. — Arch. Dép. Val-de-Marne, D2M8 9. — Arch. Dép. Haute-Vienne, État civil de Saint-Léonard-de-Noblat, 3 E 162/12. — Le Petit Parisien, 14 novembre 1896.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément