PARRAT Henri, Jean, Laurent

Par Jean-Luc Marquer

Né le 22 avril 1915 à Annonay (Ardèche), sommairement exécuté le 14 novembre 1943 à Grenoble (Isère) ; journaliste ; victime civile

Henri Parrat était le fils de Vincent, Laurent et de Fanny, Marie, Louise Roche, son épouse.
Il fut lauréat de la coupe d’éloquence D.R.AC. (Droit du religieux ancien combattant).
Après avoir été professeur de langues étrangères au collège Saint-Michel de Grenoble, il était depuis 1942 journaliste au "Nouvelliste de Lyon" et était correspondant de ce journal à Grenoble. Célibataire, il habitait 124 cours Jean Jaurès avec sa mère, veuve.
Dans la nuit du 13 au 14 novembre 1943, un résistant, Aimé Requet, fit sauter le dépôt de munitions et de matériel du Parc d’artillerie de Grenoble (Isère), ordinairement appelé le Polygone.
La première déflagration eut lieu à 0h40. Les explosions se poursuivirent une partie de la nuit.
Venu enquêter avec son confrère Abel Chatonnay, journaliste à "Sud-Est", ils furent abattus par derrière, rue du quatre septembre, par une patrouille allemande qui les avait pourtant contrôlés (leurs papiers et laisser-passer étaient en règle) et laissés repartir.
Selon le journal "Les Allobroges", l’un et l’autre eurent « le cervelet littéralement enlevé par une décharge de mitraillette. »
L’assassinat complètement gratuit de ces deux journalistes révolta les Grenoblois.
Leurs funérailles eurent lieu le 17 novembre 1943 à l’église Saint-Bruno en présence
de l’évêque de Grenoble, Mgr Gaillot, et de toutes les personnalités grenobloises de la presse, de l’administration et de l’université.
Henri Parrat obtint la mention "Mort pour la France".
Son nom figure sur une plaque apposée sur le lieu de l’exécution, 6 rue du quatre septembre à Grenoble.


Voir : Grenoble, 14 novembre 1943


Notice provisoire

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222439, notice PARRAT Henri, Jean, Laurent par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 2 février 2020, dernière modification le 3 février 2021.

Par Jean-Luc Marquer

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 406 et 496 — Pierre Giolitto, Grenoble 40-44, Perrin, 2001 — Journal des débats politiques et littéraires, 17 novembre 1943, p. 2 (sur le site Gallica) — Mémorial GenWeb — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément