BESSE Guy, René

Par Jacques Girault

Né le 20 juillet 1934 à Bouillac (Dordogne), mort le 9 décembre 2009 à La Coquille (Dordogne) ; instituteur ; militant syndical (SNI) ; maire communiste de La Coquille (1977-1983), conseiller général (1967-1985).

Guy Besse
Guy Besse

Fils d’un ouvrier menuisier-charpentier, électeur socialiste puis communiste, Guy Besse reçut les premiers sacrements catholiques et évolua vers l’athéisme. Elève du collège moderne de Belvès, il entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Périgueux (Dordogne), où il obtint le baccalauréat "sciences expérimentales". Il commença sa carrière enseignante à Mouzens (1954-1955) puis à Terrasson (1955-1956). Il fut déplacé en cours d’année à Liorac après une manifestation à Terrasson contre la guerre d’Algérie. Il effectua son service militaire (1956-1958) pendant vingt-neuf mois dans l’infanterie en Allemagne, comme deuxième classe, dans un régiment disciplinaire où se retrouvaient des jeunes militants. Démobilisé, il fut nommé instituteur à La Coquille, école dont il devint directeur en 1980 jusqu’à sa retraite en 1989. Il se maria en octobre 1962 à Sarrazac (Dordogne) avec la fille d’un artisan mécanicien dont elle assurait le secrétariat. Le couple eut quatre enfants.

Guy Besse participa intensément à la campagne de collecte de signatures contre la loi Debré pour la défense de l’école laïque en 1959. En 1963, il devint membre du conseil syndical et du bureau de la section départementale du Syndicat national des instituteurs. Il le demeura jusqu’en 1974, redevenant alors seulement membre du conseil syndical jusqu’en 1983, élu sur la liste "Unité et Action". Toutefois, lors d’une réunion des enseignants communistes en février 1966, lors de la discussion, il indiqua " qu’il préférait militer au Parti et qu’en fait le travail syndical ne l’intéressait pas", selon les termes du rapport. Pourtant, le climat dans le syndicat était très bon, dominé par la tendance "Expérience Dordogne" qui répondait souvent positivement aux propositions d’action de la fédération communiste, selon les commentaires du secrétaire fédéral. Aussi fut-il désigné pour faire partie de la commission fédérale de l’enseignement décidée à l’issue de cette réunion. Lors de la constitution du SNUIPP et de la Fédération syndicale unitaire, en 1992, il y adhéra mais cessa son adhésion vers 1999 comme retraité sans qu’il y eut le moindre désaccord.

Membre du Parti communiste français depuis 1954, à sa sortie d’école normale, Guy Besse prit une part active à la lutte contre la Communauté européenne de défense. Secrétaire de la section communiste de La Coquille, il devint membre du comité de la fédération communiste de la Dordogne en 1959 et y demeura jusqu’en 2000. Après avoir participé au stage pour instituteurs communistes en 1960, il suivit les cours de l’école centrale du PCF d’un mois en 1961. A partir de 1968, il laissa le secrétariat de la section communiste mais continua à participer au bureau de section. En 2004, il était trésorier de la section communiste.

Guy Besse, très actif localement, devint conseiller municipal d’opposition de La Coquille en 1969. Il était élu maire de la commune en 1977 à la tête d’une liste d’Union de la gauche. Il fut battu en 1983 mais resta conseiller municipal d’opposition jusqu’en 2001. Réélu sur une liste unique "d’intérêt communal", il devint adjoint au maire, chargé de la communication.

Depuis 1967, élu conseiller général du canton de Jumilhac-le-Grand, secrétaire de l’assemblée départementale (1967-1981), Guy Besse exerça les fonctions de vice-président à l’équipement (1981-1985). Il participa aussi à la commission départementale et au bureau du conseil. En 1985, le candidat de droite l’emportait au deuxième tour. Il ne se représenta pas par la suite.

Guy Besse fut trois fois le suppléant du candidat communiste aux élections législatives dans la troisième circonscription (Ribérac-Nontron) à partir de 1967. En 1978, il était le candidat titulaire dans cette circonscription. Candidat suppléant à deux élections sénatoriales, comme dans les précédentes élections, il se désistait pour le candidat de gauche au deuxième tour. Il fut aussi candidat sur la liste communiste pour les élections régionales. 

Besse, adhérent de la Fédération des œuvres laïques en début de carrière, apportait son aide aux Restos du cœur sur le plan local au début des années 2000.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222473, notice BESSE Guy, René par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 février 2020, dernière modification le 26 août 2021.

Par Jacques Girault

Guy Besse
Guy Besse

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé et sa famille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément