BLARET Pierre, Auguste

Par Jacques Girault

Né le 17 décembre 1922 à Méricourt (Pas-de-Calais), mort le 17 novembre 2007 à Thélus (Pas-de-Calais) ; instituteur dans le Pas-de-Calais  ; Résistant ; militant du SNI.

Le nom de son père, Auguste Blaret, manœuvre puis mécanicien à la compagnie de chemins de fer du Nord puis à la SNCF, sans doute militant, fut donné à une rue d’Avion (Pas-de-Calais).

Pierre Blaret, élève de l’école primaire supérieure de Lens, obtint le brevet élémentaire en 1939 et le brevet supérieur en 1942. Instituteur intérimaire à partir d’octobre 1942 (Vimy, Avion, Libercourt, Carvin, Lens, Annay-sous-Lens), titulaire du certificat d’aptitude pédagogique en 1944, après un mois de service militaire dans l’infanterie (octobre-novembre 1945), il fut instituteur stagiaire à l’école d’Avion-centre en décembre 1946. Titularisé en janvier 1947 dans l’établissement, ayant été inscrit en 1951 sur la liste d’aptitude pour enseigner dans les cours complémentaires, il enseigna les lettres et l’anglais, puis les mathématiques et les sciences, au cours complémentaire du centre à Avion, devenu collège d’enseignement général d’Avion dont il fut directeur-adjoint à partir d’octobre 1956. Nommé directeur du CEG Victor Hugo d’Harnes (novembre 1966-1970), quand le CEG d’Avion devint collège d’enseignement secondaire Langevin, il assura l’intérim du principal en 1970, puis en devint le sous-directeur de 1971 à sa retraite en novembre 1978.

Il se maria en décembre 1945 à Avion avec la fille d’un contremaître, chef de fabrication à l’usine Kuhlmann à Annay. Institutrice, son épouse enseignait l’anglais au cours complémentaire de filles d’Avion. Le couple eut deux garçons. Divorcé en 1957, il se remaria à Avion en avril 1966 avec une institutrice enseignante de CEG, fille d’un directeur commercial. Le couple eut un garçon et une fille.

Parent de l’institutrice communiste d’Avion Louise Lelong qui avait été déportée, Pierre Blaret fut résistant, selon sa déclaration, à partir de juillet 1942. Requis pour le service du travail obligatoire en juillet 1943, réfractaire, arrêté dans les Pyrénées, il fut interné du 7 juillet au 3 septembre 1943. Il s’évada alors du train l’emmenant an Allemagne. A la suite de plusieurs demandes, il fut reconnu en 1963 comme résistant-FFI de septembre 1943 à septembre 1944.
Membre du conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs, délégué du Pas-de-Calais dans plusieurs congrès nationaux, il intervint dans les discussions après la présentation des rapports moraux. Le 18 juillet 1957, il demanda une action du syndicat contre l’arrivée du général allemand Speidel à la tête des troupes de l’OTAN et un soutien aux soldats français refusant de servir sous ses ordres. Le 5 juillet 1960, il souhaita une action contre la guerre d’Algérie, la force de frappe et pour l’union des travailleurs. Le 13 juillet 1962, après avoir noté que la démocratisation devait commencer au cours préparatoire, il protesta contre la pratique du vote par correspondance pour se prononcer sur les différentes orientations du syndicat. Actif à la fédération des œuvres laïques, responsable de l’amicale laïque, du cinéma scolaire et post-scolaire, donneur de sang, le 5 juillet 1964, il approuva l’éventualité de la grève générale et le 12 juillet 1965, il préconisa l’organisation d’une manifestation nationale de masse pour la défense de l’école laïque.

A la retraite, Pierre Blaret se retira à Thélus où il avait faite construire une maison. Il fut élu à la fin des années 1980, adjoint au maire.

Au début des années 2000, il présidait dans le département l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222503, notice BLARET Pierre, Auguste par Jacques Girault, version mise en ligne le 3 février 2020, dernière modification le 20 novembre 2020.

Par Jacques Girault

SOURCES : Service historique de la Défense, GR 16P64124. — Arch. Dép. Pas-de-Calais, 6 W 34. — Mairie d’Avion. — Presse syndicale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément