GUIGUE Roger, Joseph, Fleurien

Par Jean-Luc Marquer

Né le 31 mai 1907 à Grenoble (Isère), sommairement exécuté le 26 novembre 1943 à Meylan (Isère) ; mécanicien-ajusteur, employé civil de l’armée ; résistant homologué Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant

Roger Guigue
Roger Guigue
Source : Collection privée, Patricia Duc

Roger, Joseph, Fleurien Guigue était le fils de Joanny, Joseph et d’Alice, Julie, Henriette Allard.
Il avait épousé Renée, Jeanne, Rose Comte.
Ils habitaient 15 rue Brocherie à Grenoble (Isère) où son épouse tenait un salon de coiffure.
Employé civil de l’armée, il travaillait au bastion 7 du Génie, après que le parc d’artillerie eut été dévasté le 14 novembre 1943 par un attentat de la Résistance.
Membre du Parti Communiste clandestin, il fut dénoncé par la propriétaire du "Palais de la bière" aux époux Girousse responsables grenoblois du Francisme et collaborateurs appointés des services de police allemands.
Le 25 novembre 1943, vers 19 h00, Roger Guigue fut arrêté dans le salon de coiffure de sa femme.
Le groupe qui procéda à son arrestation était composé de deux Allemands, le lieutenant SS Moritz et Gricht, du SD de Lyon et de deux Français, Gargaro et Durand-Gaillard, membres du Mouvement National Anti Terroriste (M.N.A.T.), un groupuscule d’extrême-droite collaborationniste créé et dirigé par Francis André, dit "Gueule Tordue", et exécuteur des basses besognes pour les Allemands.
Conduit dans une villa réquisitionnée par la police de sureté allemande, 2 rue Charles Baudelaire, il y retrouva Georges Duron, arrêté par une autre équipe.
Torturés, les deux hommes admirent leur appartenance, l’un au Parti Communiste, l’autre à la SFIO, mais ne dirent rien de plus.
Roger Guigue fut emmené à Meylan où il fut sommairement exécuté par Jean Gargaro vers 1h30 du matin.
Son corps fut trouvé au petit matin, sur le bord du chemin vicinal n°24, près du croisement de ce dernier avec la RD 512.
Avec sa carte d’identité on trouva un papier dactylographié : « Comité National Anti Terroriste Région des Alpes . Cet homme paie de sa vie l’assassinat d’un National. Vive la France ! A bas De Gaulle-Giraud ! ».
Arrivé sur les lieux, le frère de Roger Guigue reconnut formellement son frère.
Transporté à la mairie de Meylan, le corps fut examiné par un médecin qui releva : « Un projectile entré dans la nuque est sorti à la mâchoire gauche, un autre en séton à l’avant-bras gauche, quatre derrière le thorax, un à la cuisse droite.
Les projectiles entrés derrière le thorax ont causé plusieurs perforations de l’intestin et l’un d’eux a traversé le cœur de part en part. »

Roger Guigue fut enterré au cimetière du Chevalon à Voreppe (Isère).
Il obtint la mention "Mort pour la France" et fut décoré de la Médaille de la Résistance.
Il fut homologué membre des Forces françaises de l’Intérieur et interné résistant.
Son nom figure sur la stèle érigée sur le lieu de son exécution à Meylan, sur la plaque commémorative du Mur des Martyrs de la Résistance à Grenoble, sur le monument aux victimes de la Saint-Barthélémy de la Résistance grenobloise, sur le Mémorial du Maquis de l’Oisans à Livet-et-Gavet (Isère) et sur le monument aux morts de la paroisse du Chevalon, cimetière du Chevalon à Voreppe (Isère).


Voir : Grenoble (Isère), 25 au 29 novembre 1943, la Saint-Barthélémy grenobloise

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222559, notice GUIGUE Roger, Joseph, Fleurien par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 9 février 2020, dernière modification le 9 février 2020.

Par Jean-Luc Marquer

Roger Guigue
Roger Guigue
Source : Collection privée, Patricia Duc

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 554 — Arch. dép. Isère, 13 R 1069 — SHD Vincennes, GR 16 P 277240 (à consulter) — AVCC Caen, AC 21 P 621486 (à consulter) — Pierre Giolitto, Grenoble 40-44, Perrin, 2001 — Patrice Escolan, Lucien Ratel, Guide Mémorial du Vercors résistant, le Cherche-Midi, juin 1994 — Mémorial GenWeb — Geneanet — https://cimetiere.gescime.com/FicheD%C3%A9funt/voreppe-cimetiere-38340/5003

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément