DENIS Charles, Marcel, Robert

Par Martine Le Gal

Né le 16 décembre 1919 à Mauves-sur-Huisne (Orne), mort le 2 septembre 1996 à Mainvilliers (Eure-et-Loir) ; instituteur, puis principal de collège ; syndicaliste, secrétaire de la section départementale du SNI d’Eure-et-Loir.

Fils d’un ouvrier agricole et d’une domestique, pupille de la Nation à partir de 1928, Charles Denis entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Chartres (Eure-et-Loir) en 1937. Immédiatement mobilisé à la sortie, il fut rendu à la vie civile après l’armistice de juin 1940. Il occupa un premier poste rural à Fessanvilliers. Il se maria en mars 1941 à Mauves-sur-Huisne. Avec son épouse institutrice, il obtint un poste double à Chuisnes le 1er octobre 1942 et il y resta jusqu’en 1956. Il devint en 1956 maître d’enseignement général de collège à Chartres puis directeur des CEG de Chartres-Beaulieu (1961-1964), de Chartres Cathédrale (1964-1969) et d’Egletons (Corrèze) de 1969 à 1976, année de sa retraite.

En 1944, réfractaire au Service du travail obligatoire, Charles Denis se cacha chez un agriculteur.

Adhérent au Syndicat national des instituteurs à la Libération, il entra à la commission exécutive de la section départementale en 1947. En 1950, il en devint le secrétaire général et le resta jusqu’en 1961. À partir du début des années 1960, il était signataire des motions d’orientation majoritaire lors des congrès nationaux. Il participa aux réunions des instances nationales du SNI. Lors de la réunion du conseil national, le 14 avril 1954, il intervint sur l’action revendicative et sur le rapport présenté par Denis Forestier*. Lors du congrès de juillet 1954, il fut assesseur de la séance du 7. Il en fut de même lors du congrès de Brest, le 19 juillet 1958 dans la séance consacrée au « respect de la laïcité dans les grands moyens modernes d’expression de la pensée : radio, télévision, cinéma ». Lors de la journée pédagogique avant ce congrès, 16 juillet 1958, il prit la parole après le rapport de Jeanne Lordon* sur le « caractère original de l’enseignement dans les cours complémentaires et les orientations possibles des élèves ». Il s’inquiétait notamment des facilités offertes aux instituteurs pour enseigner dans les classes de 6e et 5e des lycées et collèges, ce qui risquait de concurrencer les cours complémentaires.

Élu au conseil départemental de l’enseignement primaire en 1951, il démissionna collectivement à la demande du SNI pour protester contre la politique répressive du gouvernement et sa politique antilaïque à la fin de 1953. Réélu en janvier 1954, il resta conseiller départemental jusqu’en 1963. Il siégea aussi dans les autres organismes paritaires départementaux.

Revenu en Eure-et-Loir à sa retraite, Charles Denis anima le secteur de Chartres de l’Union des délégués départementaux de l’Éducation nationale. Ses différentes activités lui valurent d’être fait Officier des Palmes académiques en 1974.

Il figurait à la Libération parmi les instituteurs membres du Parti socialiste SFIO.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22266, notice DENIS Charles, Marcel, Robert par Martine Le Gal, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 28 octobre 2021.

Par Martine Le Gal

SOURCES : Documentation du Centre H. Aigueperse (UNSA-Éducation). — Archives de l’OURS, fédération socialiste SFIO d’Eure-et-Loir. — L’École libératrice. — Notes de Jacques Girault et Josette Ueberschlag.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable