BUTIN Monique [Née CHEVALLER Monique]

Par Jean Belin

Née le 1er mai 1950 à Couches (Saône-et-Loire) ; syndicaliste CGT des PTT de Côte-d’Or et militante communiste

Membre d’une fratrie de huit enfants, Monique Butin, fille de Jean Chevaller, monteur ajusteur chez Schneider au Creusot (Saône-et-Loire), engagé dans les Croix de feu avant la guerre, et gaulliste après, et sa mère, Claire Gauthey, qui travailla en métayage dans une ferme parentale, Monique Butin termina sa scolarité au collège de Couches en 1966. Elle fit ensuite plusieurs métiers successifs comme employée à l’épicerie et à la boulangerie du village, puis auxiliaire au bureau de Poste. Ce fut dans cet établissement et dans cette profession qu’elle s’engagea à la CGT en 1967. Reçue au concours d’agent d’exploitation des PTT, Monique Butin fut nommée au centre Inter-Archives de Paris. Elle fut membre du bureau de la section CGT de son établissement en 1971. La même année, elle devint membre du PCF.
Mutée en Côte-d’Or fin 1974, elle s’investit dans la section du centre de facturation des Télécoms de Dijon et au syndicat départemental des PTT, dont elle fut élue membre de la commission exécutive en 1975, du bureau en 1978, puis du secrétariat de 1980 à 1992. Elle devint membre du secrétariat Régional des PTT de Bourgogne de 1992 à 2000, le secrétaire Régional étant Pierre Lhomme*. Elle exerça plusieurs mandats électifs dans sa profession et fut élu membre de la commission exécutive de l’Union Départementale CGT de Côte-d’Or au congrès de juin 1983. Retraitée du groupe Orange (Ex France Télécom) en 2010, elle participe au bureau de sa section des retraités des PTT et à la CE de l’Union des sections de retraités (USR) de Côte-d’Or. Elle est membre du CA de l’IHS CGT Côte-d’Or.
Membre du comité de section de Dijon du PCF, Monique Butin fut candidate aux élections municipales de Dijon en 1977 sur une liste d’Union de la gauche. Elle se maria avec Bernard Butin, militant CGT des PTT, le 5 juillet 1974 à Paris IIIe arr. Domiciliée au 50E route de Dijon à Longvic (Côte-d’Or). Elle eut deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article222845, notice BUTIN Monique [Née CHEVALLER Monique] par Jean Belin, version mise en ligne le 12 février 2020, dernière modification le 12 février 2020.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. IHS CGT 21, fonds de l’UD et du syndicat des PTT. — Témoignage de Monique Butin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément