COUM François

Par Gildas Priol, Annie Pennetier

Né le 3 octobre 1922 à Landéda (Finistère), mort en action le 6 août 1944 à Lannilis (Finistère) ; marin pêcheur ; résistant FFC.

François Coum était marin pêcheur, domicilié à Prat-ar-Lann à Landéda, sur la côte des Abers. Il s’engagea dans l’armée en mars 1942 et en revint au mois de décembre suivant.
En septembre 1943, il entra en résistance sous les ordres du gendarme Derrien de Lannilis. Avec les résistants du canton et ceux de Brest, il participa à l’évacuation d’aviateurs alliés tombés dans la région, sauvetage organisé par le réseau Jade. La Royal Navy réussit à en évacuer sept, les autres empêchés par le mauvais temps, furent répartis dans les planques du réseau. Avec l’aide de son frère Louis, ils réussirent leur départ vers l’Angleterre.
Membre de la Compagnie FFI de Landéla du bataillon de Lannilis, il trouva la mort en attaquant avec son unité le camp allemand de Kerbabu à Lannilis, dans la nuit du 6 août 1944. Dix résistants furent tués.
Reconnu Mort pour la France, il a été homologué FFC au sein du réseau Jade Fitzroy. En 1945, François Coum a été cité à l’ordre de la brigade et reçut la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze. En 1959, il a été décoré de la médaille de la Résistance.



Lannilis (Finistère), Manoir de Kerbabu, 6 août 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223026, notice COUM François par Gildas Priol, Annie Pennetier, version mise en ligne le 16 février 2020, dernière modification le 4 janvier 2022.

Par Gildas Priol, Annie Pennetier

SOURCES  : Arch. Dép. Finistère, Quimper, fonds Alain Le Grand. — Georges-Michel Thomas, Alain Le Grand, Le Finistère dans la guerre, Édition de la Cité, 1981. —SHD Vincennes, GR 16 P 146634 (nc) et GR 28 P 423711 . — AVCC Caen, 21 P 731752. — resistance-brest.net.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément