MANASSIAN Bogdan

Par Jean-Marie Guillon

Né en URSS (Arménie soviétique), tué au combat ou exécuté le 18 août 1944 à Hyères (Var) ; soldat des troupes allogènes de la Wehrmacht.

Ce soldat d’origine arménienne faisait partie du 918e régiment d’infanterie de l’Ost-Legion de la Wehrmacht occupant le secteur de Hyères. Ce régiment avait été rassemblé en Pologne avec des soldats de l’Armée rouge faits prisonniers. Il était arrivé à Hyères au tout début novembre 1943. Son poste de commandement était situé à l’extérieur de la ville, dans le quartier de Costebelle. La Résistance locale avait établi le contact avec ces soldats depuis février 1944, notamment par l’intermédiaire de résistants d’origine arménienne. Leur désertion, après exécution de leurs cadres allemands, et leur passage dans les rangs de la Résistance avaient été préparés à l’avance. Le plan fut acté le 12 août. Trois de ces soldats désertèrent le 14, mais le complot fut éventé par les Allemands qui arrêtèrent quatre de leurs gradés le 17 août, et les fusillèrent, dont le lieutenant Mardirossian (voir ce nom). Ils éloignèrent de Costebelle certains éléments et désarmèrent les autres en leur enlevant leurs armes automatiques. Cette répression n’empêcha pas le passage de soldats d’origine arménienne du côté de la Résistance, après qu’ils eurent saboté des pièces d’artillerie en ôtant les culasses. Ces soldats participèrent au combat libérateur aux côtés des FFI (Forces françaises de l’intérieur) et des unités de la 1e Division française libre (1e DFL) de l’Armée de Lattre de Tassigny qui avaient débarqué sur les plages des Maures à partir du 16 août. Le cimetière de la Ritorte à Hyères conserve les corps de quatorze de ces soldats, présumés morts le 18 août, donc fusillés si tel était bien le cas, dont six seulement ont été identifiés. Surplombant le cimetière, leur tombe collective qui se trouve au carré Est n°1 porte l’inscription bilingue, franco-arménienne ; « Les soldats arméniens morts pour la Libération de la France août 1944 » et, à mi-pente, une grande plaque commémorative, inaugurée par la municipalité de Hyères et le Souvenir français le 21 août 2010, rend hommage à l’ensemble des libérateurs de la ville dont les soldats arméniens.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223074, notice MANASSIAN Bogdan par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 24 février 2020, dernière modification le 28 juin 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Gustave Roux, Heures de souffrance, d’espérance et de joie. Histoire de l’occupation de la région d’Hyères et de sa Libération, Draguignan, Imp. Olivier-Joulian, 1947, p. 77 et suiv. ⎯ témoignages.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément