AYOUL Jo [AYOUL Joseph, Marcel, Auguste, dit]

Par Bernard Geay

Né le 16 janvier 1929 à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique, Loire-Inférieure), mort le 25 novembre 2004 à Rezé (Loire-Atlantique) ; ouvrier ajusteur-mécanicien à l’usine de Bouguenais de la SNCASO, devenue Sud-Aviation en 1957 ; militant CFTC puis CFDT, secrétaire de la section CFTC (1955 – 1962), permanent à l’Union nantaise CFTC devenue Union locale CFDT (1963 – 1973), secrétaire-adjoint de l’UL (1968 – 1973) ; permanent au CCFD (1973 – 1989).

Jo Ayoul en 1970.

Le père de Joseph Ayoul s’appelait également Joseph et naquit en 1899 dans une famille d’agriculteurs. Syndiqué à la CGT sans être militant, il travailla aux Chantiers navals de Saint-Nazaire. Il mourut en 1978. Sa mère, Anne-Marie Grosset, décéda pendant l’Occupation, à l’âge de 41 ans. La famille comptait deux enfants, Joseph et son frère Marcel né en 1931.

Joseph Ayoul passa son certificat d’études à l’école publique et entra à 14 ans en apprentissage à l’usine de Saint-Nazaire de la Société nationale de constructions aéronautiques du sud-ouest (SNCASO), devenue Sud-Aviation en 1957. Il y obtint son CAP d’ajusteur-mécanicien ainsi que son brevet professionnel (BP). Il entra ensuite comme ouvrier, toujours à la SNCASO mais sur le site Bouguenais, près de Nantes. En 1949, il fut appelé au service militaire (d’une durée de 18 mois à l’époque), qu’il effectua d’abord en Algérie. Puis, étant volontaire, il fut envoyé en Indochine.

À son retour, il réintégra l’usine Sud-Aviation de Bouguenais. Syndiqué CFTC, il fut élu délégué du personnel dès le début des années 1950. Il fut secrétaire de la section CFTC de 1955 à 1962.À partir de février 1962, il devint permanent à l’Union nantaise CFTC (devenue ensuite Union locale CFDT), chargé de suivre les secteurs de l’Alimentation et de l’Agriculture, du Commerce et du Crédit. Il fut aussi chargé de l’animation de la commission Immigration et responsable de la Formation syndicale au niveau de l’UD, succédant à Pierre Evain dans cette fonction.

Au titre de la CFDT, il fut administrateur à l’URSSAF et à l’ASSEDIC. À l’été 1973, il mit fin à son mandat syndical interprofessionnel et fut embauché comme permanent régional Ouest par le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) et ce jusqu’à sa retraite en 1989. Il siégea également dans les instances nationales du CCFD. À la retraite, il s’investit dans les activités du Comité de jumelage de la ville de Rezé dont il fut le président jusqu’à son décès.

Joseph se maria le 24 avril 1954 avec Ginette Fournier née le 8 mai 1934, couturière à domicile, dont le père (1901-1958) était conducteur-mécanicien à la SNCF et syndiqué CFTC. La famille comptait deux enfants, Sylvie née en 1957 et Carole née en 1963 ainsi que deux petits-enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223157, notice AYOUL Jo [AYOUL Joseph, Marcel, Auguste, dit] par Bernard Geay, version mise en ligne le 18 février 2020, dernière modification le 9 novembre 2020.

Par Bernard Geay

Jo Ayoul en 1970.

SOURCES : Arch. CFDT conservées au Centre d’histoire du travail (CHT) de Nantes. — Entretien avec Ginette Ayoul le 2 novembre 2016.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément