SAMSON Albert, Alexandre, Gabriel [pseudonyme dans la Résistance : Ir]

Par Jean-Marie Guillon

Né 23 mars 1903 Romilly-sur-Andelle (Eure), fusillé à Châtillon d’Azergues (Rhône) le 19 juillet 1944 ; 1er maître pilote de l’aéronavale ; franc-maçon ; socialiste ; réseau de renseignements F2, sous-réseau Anne.

Né le 23 mars 1903 en Normandie, il arriva à la Base d’aéronautique navale de Berre l’Étang (Bouches-du-Rhône) en 1923. Il y exerça d’abord comme mécanicien, puis comme pilote en 1937, avec le grade de premier maître pilote. Installé à Berre, marié et père de quatre enfants, il était socialiste et franc-maçon. Il devint vénérable de la loge « Le Phare de L’Étang de Berre » à l’Orient de Vitrolles (Grand Orient de France)
Rayé des cadres par le gouvernement de Vichy pour cette appartenance, il s’engagea très vite dans la Résistance avec pour « couverture » un bureau de transaction immobilière familial. À partir du 1er février 1942, il fit partie comme agent P2 du réseau de renseignements F2, créé par des officiers polonais et lié à l’Intelligence Service. Il y prit des responsabilités et devint l’adjoint du chef de secteur Marseille. Lorsque le capitaine de vaisseau Trolley de Prévaux (voir ce nom) prit la direction du sous-réseau Anne, il le chargea d’ouvrir un nouveau secteur à Perpignan au printemps 1943 afin de couvrir l’ensemble du littoral méditerranéen. Il fut arrêté le 27 mars 1944 par la « Gestapo » avec quelques collaborateurs. Emprisonné d’abord aux Baumettes à Marseille (Bouches-du-Rhône), puis à Montluc à Lyon (Rhône), il fit partie de la fournée des cinquante deux résistants extraits de cette prison pour être fusillés à Châtillon d’Azergues, le 19 juillet 1944.
Ses obsèques civiles, accompagnées par les organisations socialistes et maçonniques, eurent lieu à Berre en novembre 1945 en présence des autorités dont le préfet et Henri Malacrida, lui aussi maçon et grande personnalité de la Résistance socialiste.
Homologué aux Forces françaises combattantes, cité à l’ordre du corps d’Armée, il a été décoré à titre posthume de la Croix de guerre avec palmes, de la Médaille militaire, de la Croix de la vaillance polonaise, de la Croix de guerre tchécoslovaque et de la Médaille de la Résistance (4 août 2010).
Il fut reconnu « Mort pour la France ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223236, notice SAMSON Albert, Alexandre, Gabriel [pseudonyme dans la Résistance : Ir] par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 24 février 2020, dernière modification le 14 octobre 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Mémoire des Hommes SHD Caen DAVCC CC8 62 J 12166 et Vincennes GR 16 P 533723 (nc). — Mémorial Genweb.org. — site www.berreletang.fr. ⎯ presse locale (Espoir de Salon 30 novembre 1945). ⎯ Arch. dép. Bouches-du-Rhône 44 J 27. ⎯ Jean Médrala, Les réseaux de renseignements franco-polonais 1940-1944, Paris, L’Harmattan, 2005.

Version imprimable Signaler un complément