LUDWIG Paul, Jean, Fernand

Par Jean-Marie Guillon

Né le 13 novembre 1925 à Toulon (Var), mort des suites de ses blessures le 22 août 1944 à Toulon ; scout de France, brancardier de la Croix-Rouge ; Forces Française de l’Intérieur.

Fils de Gaston Ludwig et de Marie-Claire Saurin, ce scout routier servait comme brancardier pour la Croix-Rouge. Alors que les combats pour la libération de Toulon battaient leur plein en ville, il fut grièvement blessé devant l’hôpital Saint-Louis à la fin de la matinée du 22 août 1944 et mourut à l’hôpital militaire Sainte-Anne. L’immeuble d’où provenaient les tirs, le 60 Bd Maréchal-Foch, fut réduit par les hommes du Bataillon de choc qui s’étaient infiltrés jusque-là. Une messe pour Paul Ludwig fut donnée le 23 à 7 heures. Ses obsèques eurent lieu le vendredi 25 août en même temps que celles du secouriste René Pace (voir ce nom), tué le 21.
Assimilé aux Forces françaises de l’Intérieur (FFI), il reçut la mention « Mort pour la France » le 31 octobre 1947. Son nom figure sur le monument aux morts du quartier du Pont-du-Las.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223244, notice LUDWIG Paul, Jean, Fernand par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 23 février 2020, dernière modification le 28 juin 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : sites internet Mémoire des hommes SHD Caen AC 21 P 79831 et SHD Vincennes GR 16 P 380203 (à consulter).⎯ Maurice Arreckx, Toulon ma passion, Toulon, SNIP, 1985, p. 95. ⎯ Pierre Bel, Cahiers de la Libération de Toulon, souvenirs des journées d’août 1944, Toulon, Société des Amis du Vieux Toulon, 3e fascicule, 1946. ⎯ Agenda de l’abbé Bonin. ⎯ registre décès Toulon (arch. municipales 4 E 139).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément