DUBOIS Joseph, Marie [Finistère]

Par Louis Botella ; François Prigent

Né le 8 février 1884 à Quéven (Morbihan) ; ouvrier ajusteur ; syndicaliste CGT ; conseiller municipal SFIO de Brest (1919-1935) ; président-fondateur de la JSOB ; membre du comité régional de la FSGT ; militant du sport.

Ses parents étaient François Dubois (1851-1905, cultivateur puis ouvrier au port de Lorient) et Marie-Françoise Guillemoto (née en 1852, ménagère ou domestique selon les documents d’état-civil).
Après son service militaire à Lorient, Joseph Dubois, 4e enfant d’une famille de 6 enfants, résidait, à partir de mars 1909 au moins, à Brest en tant qu’ajusteur aux constructions navales. En décembre 1912, Joseph Dubois (dit Job), ouvrier tourneur à l’Arsenal de Brest, fut élu, au titre de la CGT, membre titulaire de la commission nationale mixte des arsenaux.

Au cours des années 1916 à 1919, il occupait la fonction de secrétaire de la section de Brest du Parti socialiste SFIO. Lors de sa création, en juin 1919, il devint le secrétaire de la section de Brest de la Fédération sportive socialiste. Il faisait ainsi partie en 1919 des fondateurs et responsables du club de football de l’Union sportive ouvrière brestoise (USOB). Evoluant sur son terrain de l’Allée verte, l’USOB, qui fusionne en juin 1935 avec le Stade Relecquois, s’avérait un pilier de la contre-société socialiste brestoise, faites de multiples réseaux et sociabilités ouvrières, dont ceux visant à l’encadrement des loisirs collectifs populaires.

Elu dans la municipalité Nardon en 1919, il figurait, à nouveau en mai 1925, sur la liste SFIO, majoritaire à l’issue des élections.
A nouveau candidat en mai 1935, il ne fut pas réélu, en raison de la défaite de la SFIO à Brest.
Signalé comme professeur d’éducation physique et des sports au Patronage laïque de Brest, Joseph Dubois était le président-fondateur de la Jeunesse sportive ouvrière brestoise (JSOB), dont le vice-président (François Rannou) et le secrétaire (Maes) étaient des militants syndicaux. Disposant de sections foot, basket, cyclisme et athlétisme, proposant aussi des activités de musique et de théâtre, le club comptait 500 membres adhérents (affiliés à la FSGT et à la CGT) fin décembre 1936 lors du match inaugural (contre le CAO Villejuif, au stade de la Marine) placé sous la présidence de Charles Berthelot (secrétaire de l’UD CGT) et Joseph Dubois. Ce fut vraisemblablement l’acte fondateur (en tout cas la première action militante) de la FSGT dans la région brestoise. A partir du printemps 1938, Joseph Dubois oeuvra pour le développement du sport féminin (culture physique, gymnastique, basket-ball) à l’Office municipal des sports de Brest, une structure pionnière à l’échelle nationale. Toujours président de la JSOB en octobre 1938 (120 adhérents début 1939), Joseph Dubois, militant laïque, syndical et socialiste, siégeait également au comité régional de la FSGT, dont le noyau principal se trouvait à Brest (Kérébel, Cévaër, Le Gouill, Guillevic).

Depuis janvier 1927 au moins et au-delà de février 1935, il siégeait au bureau de la section de Brest de son parti.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223440, notice DUBOIS Joseph, Marie [Finistère] par Louis Botella ; François Prigent, version mise en ligne le 24 février 2020, dernière modification le 24 juin 2020.

Par Louis Botella ; François Prigent

SOURCES : Le Cri du Peuple, organe hebdomadaire de la Fédération socialiste SFIO du Finistère, puis hebdomadaire socialiste, 19 octobre, 14 décembre 1912, 23 décembre, 12 avril, 28 juin 1919, 18 avril 1925, 22 janvier 1927, 19 janvier, 28 septembre 1929, 11 février 1933, 15 avril, 11 mai 1935 (Arch. Dép. Finistère). — Le Socialiste breton, organe hebdomadaire de la Fédération socialiste SFIO du Finistère, 30 novembre 1929, 17 janvier 1931, 27 janvier 1934, 22 octobre 1938 (Arch. Dép. Finistère). La Dépêche de Brest (1912-1944).- Fiche matricule.- Etat-civil de Quéven.-Alain Le Moigne. Marine et ouvriers de la construction navale à l’arsenal de Brest (1918-1970), thèse, UBO, 2015.- François Prigent, Les réseaux socialistes en Bretagne des années 1930 aux années 1980, thèse, Rennes 2, 2011. Notes de Benoît Kermoal.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément