PELLEGRINO Pierre, César

Par Jean-Marie Guillon

Né le 10 mai 1907 à Toulon (Var), exécuté sommairement le 20 août 1944 à Seillons-Source d’Argens (Var) ; réseau Ritz-Crocus (OSS)-Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Fils d’Angelo Pellegrino, né en Italie, maçon, et d’Angèle Marenco, sans profession, Pierre Pellegrino s’était marié à Toulon le 11 février 1927 avec Marie Pauline Perrone. Résidant à Ollioules (Var), agent du PLM à La Seyne (Var), garnisseur, il avait intégré, sans doute par relations familiales (son beau-frère), le réseau de renseignements Ritz Crocus dont il était agent P2. Ce réseau américain avait été créé par l’OSS (Office of Strategic Services) dans la perspective du débarquement en Méditerranée et avait installé un poste émetteur depuis mars 1944 à Seillons. C’est là que Pierre Pellegrino s’était replié avec sa famille. Participant aux combats de la libération dans le secteur, il faisait partie le 20 août d’une patrouille qui, envoyée chercher de l’essence dans un village voisin, fut accrochée par des une unité de la Wehrmacht en train de se replier. Resté en arrière-garde, son groupe fut surpris au quartier de La Bastidasse par des soldats allemands. Pierre Pellegrino fut tué avec Guiseppe Chiocconi et Gabriel Pinard, membres de Ritz-Crocus, ainsi qu’avec Xavier Cohen (voir ces noms) ; seul son fils, Francis, né en 1930, put s’échapper. Les quatre victimes auraient été massacrées. Seuls, trois corps furent retrouvés le 21 et enterrés à Seillons le 22, le quatrième corps, celui de Xavier Cohen, fut trouvé le 23, enterré le 24
Pierre Pellegrino reçut le titre de « Mort pour la France » et fut décoré de la Croix de guerre avec étoile de bronze à titre posthume. Son nom figure sur la plaque de la gare de La Seyne offerte par les ouvriers de l’entretien à leurs camarades tués pour la Libération et sur le monument à la Résistance d’Ollioules.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223476, notice PELLEGRINO Pierre, César par Jean-Marie Guillon, version mise en ligne le 24 février 2020, dernière modification le 27 mars 2021.

Par Jean-Marie Guillon

SOURCES : Arch. dép. Var 45 J fonds German (archives Amigas et CDL), 1970 W 111 (dossier ONAC). ⎯ site internet Mémoire des hommes SHD Caen AC 21 P 130172. ⎯ Joseph Gouzy (ORA), Historique du secteur nord-ouest du Var, 1964, p. 3 (avec une erreur de date). ⎯ Robert Mencherini, Cheminots en Provence. Les années de guerre 1939-1945, Marseille, CE des cheminots PACA éd., 2012. ⎯ Rapport sur les événements du secteur de Saint-Maximin nord par M. Ch. M. Powilewicz, agent SR américain au colonel Gouzy. ⎯ état civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément