FORÊT Francisque, Gabriel [Pseudonyme dans la Résistance : Latrique]

Par Jean-Luc Marquer

Né le 9 mai 1898 à Lyon, IIè. arr. (Rhône, aujourd’hui Métropole de Lyon), sommairement exécuté le 3 juillet 1944 à Mens (Isère) ; cafetier ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’Intérieur

Plaque commémorative, Pont de la Reine, Mens
Plaque commémorative, Pont de la Reine, Mens
Source : Mémorial GenWeb (Gaby André Vitinger. Cette photographie est sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0.)

Francisque, Gabriel Forêt était le fils d’Augustin, César et de Madeleine, Antoinette Gros.
Appelé sous les drapeaux, il fut incorporé le 16 avril 1917 au 108ème Régiment d’Artillerie Lourde, puis servit dans différents R.A.L. jusqu’à sa libération le 22 mai 1920.
La fiche matricule militaire indique qu’il était métallurgiste.
Le 12 janvier 1922, il épousa Césarine, Antoinette Allarousse à Lyon VIè. arr.
L’acte de mariage indique qu’il était alors mécanicien.
Après avoir habité la région lyonnaise, le couple s’installa à Lalley (Isère) comme cafetiers-restaurateurs à partir de 1934.
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit les rangs du secteur 4 de l’AS-Isère.
Le 3 juillet 1944, probablement sur dénonciation, des membres de la Gestapo vinrent l’arrêter à Lalley. Ils perquisitionnèrent son logement, volèrent ses économies et des marchandises.
Ils l’emmenèrent ensuite à Mens (Isère) dans la salle du café Lagier dit café de Paris.
Le laissant sous surveillance, ils allèrent arrêter le Maire de la commune, Édouard Arnaud, et un instituteur "libre", Paul Barbe.
Paul Barbe fut relâché après avoir été violemment frappé.
Francisque Forêt et Édouard Arnaud furent emmenés en voiture jusqu’au "Pont de la Reine" à la sortie ouest de Mens.
Là Francisque Forêt fut à nouveau interrogé mais refusa de répondre.
Il fut alors sommairement exécuté d’une rafale de mitraillette dans la nuque et les Allemands contraignirent Édouard Arnaud à jeter son corps dans le ravin sous le pont.
Avant d’emmener ce dernier à Grenoble (Isère), les Allemands revinrent à Mens où ils détruisirent le café de Paris au moyen d’explosifs.
Édouard Arnaud fut déporté à Neuengamme (Allemagne) où il mourut.
Lors de son transfert, il avait été incarcéré à la prison de Montluc à Lyon où il relata ce qui s’était passé à un autre prisonnier, Fernand Troussier, qui témoigna pour le Mémorial de l’oppression après son retour de déportation.
Le corps de Francisque Forêt fut trouvé le 4 juillet 1944.
Il fut enterré au cimetière protestant de Lalley à Saint Maurice-en-Trièves (Isère).
Francisque Forêt obtint la mention "Mort pour la France" et fut homologué résistant membre des Forces françaises de l’Intérieur.
Son nom figure sur le monument aux morts de Lalley et sur une plaque commémorative apposée à l’entrée du pont qui enjambe le ruisseau de Mens.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223658, notice FORÊT Francisque, Gabriel [Pseudonyme dans la Résistance : Latrique] par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 3 mars 2020, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Jean-Luc Marquer

Plaque commémorative, Pont de la Reine, Mens
Plaque commémorative, Pont de la Reine, Mens
Source : Mémorial GenWeb (Gaby André Vitinger. Cette photographie est sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0.)

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 417 et 550 — SHD Vincennes, GR 19 P 38/8 ; GR 16 P 228487 (à consulter) — AVCC Caen AC 21 P 185827 (à consulter) — Mémorial GenWeb — Mémoire des hommes — http://www.francegenweb — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément