Livet-et-Gavet (Isère), 13 au 22 août 1944

Par Jean-Luc Marquer

Du 12 au 21 août 1944 environ, au cours de leur vaste opération contre le maquis de l’Oisans, des unités alpines de la Wehrmacht occupèrent la commune de Livet-et-Gavet (Isère).
Après leur départ, 47 cadavres furent découverts sur le territoire de la commune et un, jeté dans la Romanche, fut découvert en aval à Champagnier (Isère).
35 furent sommairement exécutés.
Le 22 août 1944, Quatre résistants du maquis de l’Oisans furent tués par les Allemands qui se repliaient.

Stèle de
Stèle de "La chambre d’eau", Livet.
Photo : Éric Bois, Souvenir Français

Le 13 août 1944, après qu’un avion eut survolé le secteur vers dix heures du matin, un fort détachement allemand investit les environs du lac du Poursollet, situé sur la commune de Livet-et-Gavet (Isère). C’est là que se trouvait une partie du Groupe Mobile N°3 du maquis de l’Oisans : le PC de la section Porte, le groupe médical et l’intendance. Un groupe de combat, le groupe Vallin, y était au repos.
13 août 1944, Gavet, lieu-dit "Le Poursollet",
Tués au combat :
Georges ARMAND
Roger CHARIGLIONE
Jean GILLY
Moïse KOÏFMAN
Charly VALLIN
Un inconnu
Blessé et sommairement exécuté :
Émile PARDÉ
Sommairement exécuté :
Pierre RIMEY-MEILLE


L’armée allemande occupa également toute la vallée de la basse Romanche, de Séchilienne (Isère) jusqu’au Bourg d’Oisans (Isère).
Le centre du dispositif se trouvait à Rioupéroux, bourg entre Livet en amont et Gavet en aval.
Plusieurs hommes furent abattus alors qu’ils cherchaient à s’échapper :
14 août 1944, Gavet, lieu-dit "L’Adret"
René BOUCHER
Roger BOUYOL
Roger GOUBET
Léonard MATHIEU
16 août 1944, lieu-dit "Grand Gris"
un soldat indochinois non identifié


La Gestapo s’installa dans une maison qu’elle avait réquisitionnée à Rioupéroux.
C’est là que furent interrogées les personnes arrêtées et qu’il fut décidé de leur sort.
Occupant l’habitation contigüe, M. Ducruet témoigna pour le Mémorial de l’oppression : « Au cours du mois d’août, j’ai vu de nombreux FFI pris par les allemands être conduits dans cette maison. Ils étaient enfermés dans la cave et le matin, à midi et le soir, on entendait des coups de feu et des hurlements horribles. Tous les matins, à la pointe du jour, un camion s’arrêtait et chargeait des sacs semblant contenir des corps humains. Je pense que les prisonniers étaient torturés avant d’être exécutés. »
Les corps des prisonniers exécutés furent découverts dans différents lieux de la commune.
 

Sommairement exécutés le 14 août 1944, à Livet, lieu-dit "La Chambre d’eau", exhumés le 22 août 1944
Eugène BOUCHET
Albert CERVI
Louis FERLET
Guerino MOCELLIN
Paul RÈCHE
 
Sommairement exécutés le 17 août 1944, découverts à Gavet, lieu-dit
Fonfroide le 19 août 1944

Ferruccio BIGNOTTI
Henri BUGUET
Jésus DOMINGUEZ CLAVO
Gilbert GHELFI
Indaleccio GOMEZ PASTOR
Joseph CONTRATTO
Louis MERLIN
Ernest ORLAREY
 
18 août 1944, sommairement exécuté à Gavet,
Max ROBERT
 
Sommairement exécutés le 19 août 1944, découverts à Gavet, lieu-dit Fonfroide le 22 août 1944
Nicolas ABRAMOFF
André ARCHIER
Valentin BRUN
Robert JOSSERAND
Aldo MATTIUSSI
Pierre MUZY
Marcel ROURE
Yahi SAÏD
Louis VEYRAT
 
Sommairement exécutés entre le 16 et le 19 août 1944, charniers découverts fin septembre 1944 à Rioupéroux, lieux-dits "Les Clots" et "Les Ponants"
Jean ARRICAU
Méhédine ben Mohamed AZOUZ
Antoine BONIFASSI
Henri CARRIER
Georges DUFFAUD
Francis FERRER
Lucien HERNANDEZ
Antolin ou Antoine JUAN
André PORQUET
René SUTTER
 
Le 22 août 1944, les troupes allemandes se repliant vers Grenoble engagèrent de durs combats contre les résistants du maquis de l’Oisans sur les communes de Livet-et-Gavet et Séchilienne (Isère).
La 14ème Compagnie Indochinoise basée à Rioupéroux, avait rejoint le maquis le 4 juillet 1944.
Trois combattants de cette unité trouvèrent la mort au combat à Rioupéroux lors de ces combats :
Han NGUYEN
Nhuong NGUYEN
Van Dan NGUYEN

Un quatrième, Nguyen TRAN COC COE, fait prisonnier à Rioupéroux, fut sommairement exécuté et son corps fut jeté dans la Romanche.
 
Après la fin de la guerre, les restes de deux hommes furent encore découverts :
Gavet, lieu-dit Combe-Batalière, découvert le 4 novembre 1945
Un inconnu, mort en août 1944.
Rioupéroux, lieu-dit "Plan Jouve" sous la Barrière, découvert le 31 mai 1946.
Marcel WALGER, mort le 14 août 1944.

Plusieurs stèles furent érigées en différents lieux de la commune où furent découverts les charniers.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223665, notice Livet-et-Gavet (Isère), 13 au 22 août 1944 par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 13 mars 2020, dernière modification le 28 avril 2022.

Par Jean-Luc Marquer

Plaque commémorative, lac du Poursollet
Plaque commémorative, lac du Poursollet
Photo : Geneanet, sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0
Stèle de "La chambre d'eau", Livet.
Stèle de "La chambre d’eau", Livet.
Photo : Éric Bois, Souvenir Français
Stèle de "Fonfroide", Gavet
Stèle de "Fonfroide", Gavet
Photo : Éric Bois, Souvenir Français

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 416 — http://sectionporte.chez.com/

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément