BEAUCHÉ Léon écrit aussi BEAUCHE

Par Laurent Dingli

Né le 4 juin 1902 à Milly-la-Forêt (Seine-et-Oise, Essonne), mort en déportation le 7 mai 1945 à Leitmeritz (Litoměřice – Tchécoslovaquie) ; ajusteur chez Renault.

Léon Beauché était marié à Germaine Vandendresch, femme de ménage. Militant communiste, membre du comité populaire des usines Renault et responsable de la section syndicale de la même entreprise, il se fait remarquer lors des grèves et occupations d’usine. Après son licenciement, sans doute à l’issue du lock-out de novembre 1938, il aurait conservé une forte influence auprès des sympathisants communistes de l’entreprise suivant une source policière. Le 30 janvier 1941, il fut arrêté à son domicile (L2 rue de la Rosière Paris XVe arr.) avec sa femme Germaine et sa fille Yolande pour tentative de reconstitution de parti dissous (infraction au décret-loi du 26 septembre 1939). Alors que ces dernières sont libérées après 22 heures de présence au commissariat de Boulogne sans avoir subi d’interrogatoire, Léon Beauché fut placé en détention le 1er février et condamné le 12 décembre suivant par la section spéciale de la cour d’appel de Paris à 12 ans de travaux forcés.
Déporté en Allemagne, il décéda le 7 mai 1945 à Leitmeritz (Litoměřice – Tchécoslovaquie), deux jours seulement après la Libération du « camp » par les troupes soviétiques. Ce kommando, qui était la plus grande annexe du camp de Flossenbürg, avait été créé le 24 mars 1944 dans deux cavernes (Richard I et II) afin de décentraliser et de protéger des bombardements alliés la fabrication du moteur de char Maybach que fabriquait la firme Auto-union. Il est probable que Léon Beauché fut envoyé dans ce kommando en raison de ses qualifications professionnelles et non pas à l’issue de marches de la mort depuis Buchenwald comme se fut le cas d’autres déportés au printemps 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223721, notice BEAUCHÉ Léon écrit aussi BEAUCHE par Laurent Dingli, version mise en ligne le 1er mars 2020, dernière modification le 16 novembre 2020.

Par Laurent Dingli

SOURCES : AN Z/4/21 dossier 172. Léon Beauché et alii. AN Z/6/109 dossier 1590. Ministère public c/Ludovic Saint-Royre et René Rouchy. JORF n° 181 du 7 août 2007 page 13223 texte n° 127. Arrêté du 12 juillet 2007 portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur les actes et jugements déclaratifs de décès :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000276477&categorieLien=id. Camp de Flossenburg : kommando de Leitmeritz. Livre des morts (Totenbuch Kdo B5). Miroslav KÁRNY, « Vernichtung durch Arbeit » in Leitmeritz. Die SS-Führungsstäbe in der deutschen Kriegswirtschaft, Zeitschriftenband (1993), Zeitschriftenheft, Artikel, 37-61.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément