JUNOD Charles, Louis

Par Michel Germain

Né le 19 septembre 1882 à Champveut (Suisse), massacré le 16 août 1944 à Valleiry (Haute-Savoie) ; domestique agricole ; victime civile.

Louise Martin, épouse de Charles Junod, met au monde son fils Charles le 19 septembre 1882 à Champveut (Suisse). Au moment de la guerre, il n’a plus ses parents et célibataire, il habite Valleiry (Haute-Savoie) commune où il est domestique agricole.
Lors des combats menés les 16 et 17 août 1944 pour la libération de cette région nord-ouest du département, les F.F.I. doivent faire face à de jeunes Waffen SS descendus du Jura.
Le 16 août au soir, certains traversèrent le Rhône par le viaduc du chemin de fer, d’autres, en camions, utilisèrent le pont Carnot. Les F.F.I. de Maginot furent débordés et se replièrent rapidement. Les habitants de la région réussirent à fuir vers la Suisse et les bois de Vosogne et Chancy. Le journal La Suisse parle de 1200 réfugiés au moins. A Chevrier, des F.F.I., qui faisaient face, eurent plusieurs tués dont Marcel Périna*. Le corps franc Breton perdit Robert Haag* et Gaston Chapoulade*. Les SS pillèrent les maisons, puis lancèrent leurs grenades incendiaires : une quinzaine de maisons de Chevrier brûlèrent.
Avant de partir de Valleiry, les nazis exécutèrent Fernand Aebi*, Julie Dérobert*, Charles Junod et Eugène Poncy*. A la gare, ils torturèrent à mort le chef de gare Patrice Phippaz-Turban*. A Bloux, les nazis brûlèrent 15 maisons après la trentaine incendiées à Valleiry. Derrière ces soldats déchaînés, des F.F.I. réussissent à désamorcer quelques grenades incendiaires. Pendant ce temps aux Farrages, quatre F.F.I. tombèrent au combat : Georges Déconfin*, Pierre Guinard*, Georges Perrier* et Louis Rey*. (Mémorial de l’oppression 3808 W 1532).
Lorsque Charles Junot fut abattu, il était 20 heures ce 16 août, et c’est l’instituteur Claudius Gerbelot-Barrillon qui déclara cet assassinat, (acte 19/1944). Charles Junod figure sur la stèle érigée le long de la route 206 en aval de Chevrier en hommage aux morts pour la Libération et aux victimes de la barbarie nazie et sur le monument aux morts de Valleiry.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223788, notice JUNOD Charles, Louis par Michel Germain, version mise en ligne le 2 mars 2020, dernière modification le 2 mars 2020.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément