LACOSTAZ Jacques, Henri

Par Michel Germain

Né le 4 janvier 1924 à Pantin (Seine, Seine-Saint-Denis), exécuté sommairement le 13 avril 1944 à La Balme-de-Thuy (Haute-Savoie) ; ajusteur ; résistant des Glières.

Cet adolescent de 19 ans ne semble pas avoir connu son père, Ernest Lacostaz. Sa mère, Alodie Van Assche, habitait rue de Paris à Palaiseau (Seine-et-Oise). Quant à Jacques Lacostaz, il devint ajusteur et il vécut très tôt chez madame Mélanie Convert, domiciliée rue des Ecoles à Faverges (Haute-Savoie).
Lorsque des jeunes du canton décidèrent de prendre le maquis du côté de Serraval, il en fit partie et c’est ainsi que le 31 janvier 1944, il monta avec ses camarades sur le Plateau des Glières et fut affecté à la section « Bayard ».
Arrêté par les Allemands lors du décrochage du 26 mars 1944, il fut exécuté au lieu-dit Les Îles (La Balme-de-Thuy), le 13 avril 1944, à 6 heures et demie du matin.
Il est inhumé dans la nécropole militaire nationale de Morette, tombe n°21. Il fut déclaré « Mort pour la France » le 14 juin 1947 et homologué FFI. Une stèle est érigée sur le lieu des exécutions et son nom figure également sur le Mur du Souvenir élevé à l’entrée de ladite nécropole de Morette (Haute-Savoie).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223795, notice LACOSTAZ Jacques, Henri par Michel Germain, version mise en ligne le 2 mars 2020, dernière modification le 2 mars 2020.

Par Michel Germain

SOURCES : Michel Germain, Haute-Savoie Rebelle et martyre, Mémorial de la Seconde guerre mondiale en Haute-Savoie, La Fontaine de Siloé, 2009. — MémorialGenWeb. — Mémoire des Hommes. — Service historique de la Défense, Caen AC 21 P 65982 et Vincennes GR 16 P 327279.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément