ZUDDAS Ephysius dit "MORIN"

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 21 septembre 1913 à Iglesia (Italie), mort par accident le 27 septembre 1944 à Autun (Saône-et-Loire) ; ouvrier mineur aux houillères de Blanzy ; militant communiste ; résistant des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Ephysius Zuddas était le fils de Salvatore, mineur et résistant qui vint en France en 1922 pour fuir le régime fasciste et de Stéphanie Fuscedu. Par la suite le père fit venir sa femme et trois de ses enfants dont Ephysius et s’installa à Montceau-les-Mines. Ephysius exerçait le métier d’ouvrier mineur aux houillères de Blanzy (Saône-et-Loire) et adhéra au parti communiste. Il transporta et distribua des tracts dans son quartier de Bois-du-Verne puis dans tout le bassin minier.
Il entra dans la Résistance aux Francs-tireurs et partisans (FTP) du bassin minier de Saône-et-Loire. Il commanda une compagnie du 6e bataillon FTP du régiment Valmy.
Le 30 juillet 1944, il fut informé de la présence de deux individus suspects prétendant appartenir à la Résistance, à l’intérieur du bourg de Saint-Bérain-sous-Sanvignes. Immédiatement, il convoqua un groupe avec lequel il partit pour un contrôle sur les lieux indiqués. Les hommes du groupe Morin trouvèrent les deux hommes attablés au café Chandioux et les arrêtèrent puis ils les désarmèrent sans peine. L’un était Robert Simon, qui avait appartenu au groupe de Résistance du bassin minier puis était parti en mai 1944 rejoindre les maquis de l’Ain, afin d’échapper aux recherches dont il était l’objet. Le deuxième était Stanislas Dziubek, un Polonais qui appartenait avec lui à la compagnie Lorraine dans les maquis de l’Ain et l’avait suivi dans son désir de retourner en Saône-et-Loire. Tous les deux cherchaient à reprendre contact avec le maquis FTP. Ils étaient accusés de se faire passer pour des maquisards et de piller les fermes de la région. Ils furent conduits au pont de Pierre Chaude où Morin les exécuta lui-même d’une rafale de mitraillette.
Le 8 septembre 1944 il participa avec son groupe à la bataille d’Autun où 27 de ses hommes furent massacrés par les Allemands parmi lesquels son frère Raphaël.
Il se tua accidentellement le 27 septembre sur la route de Saint-Vallier en effectuant une mission de liaison à motocyclette.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué au grade de lieutenant des Forces françaises de l’intérieur (FFI), dossier SHD Vincennes 608099 (nc).
Son nom figure sur le monument aux morts, à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223801, notice ZUDDAS Ephysius dit "MORIN" par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 2 mars 2020, dernière modification le 5 mai 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Site Résistance polonaise en Saône-et-Loire, juin-juillet 1944 - Dziubek et Simon dans l’Ain et 30 juillet 1944 - mort de Dziubek et Simon. — Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément