CARTAUX André, Marcel, Joseph

Par Jean Belin

Né le 21 juillet 1910 à Dijon (Côte-d’Or), mort le 23 novembre 1969 à Dijon ; ouvrier pain d’épicier à Dijon ; syndicaliste CGT de l’Alimentation et de la Côte-d’Or.

Fils de Claudius Cartaux, employé de commerce, et de Victorine Petit, biscuitière chez Pernot, André Cartaux fut embauché comme apprenti pain d’épicier chez Auger à Dijon après la fin de sa scolarité en 1922. Il vint travailler au début des années 1930 à la biscuiterie Pernot à Dijon où il s’engagea à la CGT confédéré. Georges Richard, patron et co-fondateur avec son frère de la biscuiterie Pernot, fut un patron de combat. Il fut à l’origine de la création de syndicats jaunes au début du 20e siècle à Dijon afin de contrer toute tentative de création d’un syndicat CGT dans ses usines. Les frères Richard moururent au début des années 1930. En juin juillet 1936, André Cartaux et quelques militants de l’usine réussirent à déclencher un mouvement de grève chez Pernot qui dura 26 jours et reconstruire une section syndicale CGT. La section compta plus de 300 adhérents sur les 1000 salariés des deux sites de l’usine au terme du conflit.
En septembre 1936, il fut élu secrétaire de la section syndicale de la Biscuiterie Pernot. Il fut secrétaire adjoint à cette même date, du syndicat général des biscuitiers pains d’épiciers de Dijon, le secrétaire général étant Camille Remond. En novembre 1937, André Cartaux fut le secrétaire général du comité intersyndical CGT des travailleurs de l’Alimentation de Dijon et de la Côte-d’Or qui regroupa huit syndicats, ce comité se transforma en syndicat général des travailleurs de l’alimentation en janvier 1952. Ce fut aussi pour cette corporation, qu’il participa avec Roger Moyse*, et à la demande de l’Union Départementale CGT, à la commission paritaire de conciliation présidée par le préfet de Côte-d’Or au cours des grèves de juin juillet août 1936.
Exempté de service militaire pour raison de santé, il fut toutefois mobilisé de décembre 1939 à septembre 1940. A son retour, il reprit son métier d’ouvrier pain d’épicier chez Pernot. Il se maria une première fois le 8 septembre 1928 à Dijon avec Marcelle Marquetti dont il divorça, puis se remaria le 7 janvier 1933 à Dijon avec Marguerite Ferrand, biscuitière. Domicilié au 69 route des Grands Crus à Marsannay-la-Côte (Côte-d’Or) lors de son décès.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223894, notice CARTAUX André, Marcel, Joseph par Jean Belin, version mise en ligne le 16 mars 2020, dernière modification le 5 mai 2022.

Par Jean Belin

SOURCES : Arch. Dép. Côte-d’Or, 10 M 101, état civil, recensement de la population, fiche de recrutement militaire. — AD 21, grèves de 1936, rapport de police. — Arch. Municipales de Dijon, sous-série 7F. — Etat civil, mairie de Dijon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément