ROBERT Max, Roch [Pseudonyme dans la Résistance : Chat]

Par Jean-Luc Marquer

Né le 17 décembre 1922 à Arlod (Aujourd’hui Valserhône, Ain), sommairement exécuté le 18 août 1944 à Livet-et-Gavet (Isère) ; élève-instituteur ; résistant de l’Armée secrète, homologué Forces françaises de l’Intérieur avec le grade de capitaine et interné résistant

Plaque commémorative, Max Robert, Livet-et-Gavet
Plaque commémorative, Max Robert, Livet-et-Gavet
Source : Mémorial GenWeb (Gaby André Vitinger. Cette photographie est sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0.)

Max, Roch Robert était le fils de Joseph et de Marie, Augustine Bernadet.
Il était élève-instituteur à l’école normale de Haute-Savoie à Bonneville (Haute-Savoie), puis quand celle-ci ferma, au lycée Berthollet d’Annecy (Haute-Savoie).
Comme Georges Duffaud et Charly Vallin, eux-aussi élèves-instituteurs, il faisait partie du clan des "Brûleurs de loups" chez les Éclaireurs de France.
Il rejoignit les rangs de la Résistance et s’engagea dans la section Porte (Pseudonyme de l’aspirant Maurice Volait) du maquis de l’Oisans, secteur 1 de l’AS-Isère.
Le 13 août 1944, après qu’un avion eut survolé le secteur vers dix heures du matin, un fort détachement allemand investit les environs du lac du Poursollet, situé sur la commune de Livet-et-Gavet (Isère). C’est là que se trouvait une partie du Groupe Mobile N°3 du maquis de l’Oisans : le PC de la section Porte, le groupe médical et l’intendance. Un groupe de combat dont faisait partie Max Robert, le groupe Vallin y était au repos.
Plusieurs FFI furent tués durant les combats : Georges Armand , Roger Chariglione, Jean Gilly, Moïse Koïfman, Charly Vallin et un combattant resté inconnu.
Émile Pardé, médecin de la section, fut blessé. Fait prisonnier, il fut achevé à coups de crosse.
Pierre Rimey-Meille, fut sommairement exécuté dans un chalet où il s’était réfugié.
Max Robert réussit à s’échapper et quitta la zone des combats pour descendre dans la vallée où il se cacha.
Le 18 août 1944, il fut arrêté par les Allemands à Gavet après avoir rendu visite à l’institutrice. La coiffeuse du village avait appris à le connaître puisqu’elle lui avait déjà fourni de la nourriture. Alors que Max était sur la petite place du village, appuyé sur la fontaine à discuter, une patrouille allemande est rentrée dans la rue principale. A sa vue, Max Robert décida de s’enfuir. Les Allemands le poursuivirent et l’arrêtèrent. Durement interrogé, il fut conduit au bord de la Romanche :
« Vous êtes un terroriste ! lui cria l’officier allemand
- Je suis un soldat de De Gaulle, répondit Max Robert.
- Vous serez fusillé
- Je serai tout de même mort pour la France. »
Il fut abattu puis jeté dans la Romanche. L’officier dira plus tard à l’institutrice : « Nous venons de fusiller un grand Français ! »
Le corps de Max Robert fut retrouvé sur le bord de la Romanche à Champagnier (Isère) et identifié par son père.
Max Robert fut enterré à Ochiaz (aujourd’hui Châtillon-en-Michaille, Ain)
Il obtint la mention "Mort pour la France" et fut décoré de la Médaille de la Résistance à titre posthume.
Il fut homologué résistant membre des Forces françaises de l’Intérieur avec le grade de capitaine et interné résistant.
Son nom figure sur une plaque commémorative apposée sur le lieu de son exécution, sur la plaque commémorative 1939-1945 et le tableau commémoratif, parking du lac du Poursollet à Livet-et-Gavet, sur le monument commémoratif érigé sur le lieu des combats à Livet-et-Gavet, sur une plaque apposée sur le mur de l’école de Rioupéroux à Livet-et-Gavet, sur le Mémorial du maquis de l’Oisans à Livet-et-Gavet , sur un monument commémoratif érigé par le Souvenir Français à Livet-et-Gavet, sur le monument aux morts d’Ochiaz et sur la plaque commémorative de l’ancienne École Normale de Haute-Savoie, aujourd’hui INSPE, à Bonneville.


Voir : Livet-et-Gavet


Notice provisoire

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article223983, notice ROBERT Max, Roch [Pseudonyme dans la Résistance : Chat] par Jean-Luc Marquer, version mise en ligne le 13 mars 2020, dernière modification le 30 avril 2021.

Par Jean-Luc Marquer

Plaque commémorative, Max Robert, Livet-et-Gavet
Plaque commémorative, Max Robert, Livet-et-Gavet
Source : Mémorial GenWeb (Gaby André Vitinger. Cette photographie est sous licence d’usage CC BY-NC-SA 2.0.)

SOURCES : Arch. dép. Rhône et Métropole, Mémorial de l’oppression, 3808 W 416 — SHD Vincennes GR 19 P 38/4 ; GR 16 P 514428 (à consulter) — AVCC Caen AC 21 P 143964 et AC 21 P 664336 (à consulter) — Mémoire des hommes — Mémorial GenWeb — http://sectionporte.chez.com/Site Maquis de l’Oisans — État civil

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément