DÉSAUTELS Jean

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Né le 9 janvier 1901 à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), fusillé le 25 septembre 1942 à Dijon (Côte-d’Or) ; ouvrier mineur ; militant communiste de Saint-Vallier (Saône-et-Loire) ; résistant FTPF.

Fils de Jean Désautels, rouleur, et de Claudine Rog, sans profession, Louis Désautels, mineur, était domicilié à Saint-Vallier (Saône-et-Loire). Il s’était marié le 8 décembre 1923 à Saint-Vallier avec Marie Clotilde Lagrue ; le couple avait un enfant. Jean Desautels était mineur pensionné en 1942. Il fut arrêté par la police française le 9 juillet 1942 ; il aurait été dénoncé par une femme Waber sur instigation d’un communiste nommé Leroy. Convaincu de détention d’armes et de tracts communistes, il appartenait au groupe FTP Leroy de Saône-et-Loire depuis début 1942. Remis aux Allemands fin juillet 1942, détenu à la prison de Dijon, il fut condamné à mort par le tribunal allemand FK 669 de Dijon (Côte-d’Or) le 22 septembre 1942 et fusillé dans cette ville, le 25 septembre 1942 à 8 heures, avec Louis Gaudillot, Jean Bouveret et Louis Aublanc.
Son nom a été gravé sur le Mur des 126 fusillés de Dijon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article22405, notice DÉSAUTELS Jean par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, version mise en ligne le 15 décembre 2014, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen, B VIII 3, Boîte 166, Liste S 1744 510/42. – Mémorial GenWeb. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément